Archive de la catégorie ‘militantisme’

72 millions de dollars pour libérer les infirmières bulgares ?

Mardi 4 août 2009

20090730infirmieresbulgares.jpg

Rue 89 : L’information est passée totalement inaperçue en France mais a fait son petit effet en Bulgarie. La semaine dernière, Boyko Borisov, le nouveau Premier ministre bulgare, a accusé son prédecesseur Sergueï Stanichev d’avoir versé 72 millions de dollars à la Libye pour obtenir la libération des infirmières bulgares en 2007.

Focus, l’agence de presse nationale, a rapporté ces propos tenus lors d’une manifestation sportive à Sofia. Boyko Borisov y a dénoncé le « silence » du gouvernement sur ces millions soutirés par les Libyens.

Si ce « paiement » contre libération a bien eu lieu, il ternit également une réussite attribuée à Nicolas Sarkozy, quelques semaines après son élection, et dont le Président a toujours assuré qu’elle était avant tout diplomatique. La France a toujours nié avoir versé de l’argent à la Libye sans s’avancer toutefois sur la participation financière des autres pays.

La suite …

Quand les dépenses de Nicolas Sarkozy en fleurs affolent les médias britanniques…

Samedi 1 août 2009

mediasbritanniques.jpg 

Le Post 21/07 :

Mais quelle mouche a bien pu piquer Nicolas Sarkozy? Ses dépenses engendrées pour garnir l’Elysée des plus belles plantes provoquent un véritable tollé Outre Manche.

Déjà la facture d’électricité avoisinant les 3 000€ payée sur le dos du contribuable ne laissait pas de marbre nos british, mais là le couple présidentiel atteint des sommets de folie et c’est la tuile…

Ainsi, le Telegraph, le Sun et le Daily Mail se sont penchés plus en détail sur cette affaire au parfum de  »scandale ».$

Pour ne citer qu’une référence, Le Telegraph nous informe que les excès de floraison de Nicolas Sarkozy dépasseraient de loin celles d’Elton John (déjà estimés à plus de 788€/jour contre 550€/jour pour le musicien).

Pourtant, il n’y a pas de jardinier sexy à l’Elysée comme on peut en trouver à Wisteria lane … Ah mais si, il y a Carla ! Ainsi ce même quotidien soupçonne la Première Dame d’être à l’origine des excès: les dépenses astronomiques auraient été réalisées en 2008, date à laquelle les deux tourtereaux ont convolé en noces…

Le Telegraph précise pour avancer son argument que Carlita serait particulièrement adeptes de jolis fleurs fraîches et que ce serait elle qui serait à l’origine des multiples garnisons présentes dans l’enceinte de l’Elysée.

Pour ne rien arranger à l’affaire, le Daily Mail nous rappelle que notre Président avait augmenté son salaire de 140% et que Carla Bruni est multimillionaire « dans son droit ».

Toutefois, un porte-parole de l’Elysée affirme que les dépenses ont bien diminué depuis ce rapport. C’est le fleuriste qui doit s’en mordre les doigts… Mais pour les médias british, le mal est déjà fait. Et dire qu’on ose vilipender les politiciens britanniques sur leurs dépenses!

(TelegraphSun , Daily Mail )

TEMBEC TARASCON : On nous dit, ce que l’on veut bien nous dire…

Dimanche 29 mars 2009

2327462435d00066f094.jpg

En mars 2008, la société en difficulté Tembec (TSX:TBC) préparait un plan de recapitalisation après avoir subi une perte nette de 60 millions $ comprenant la conversion de 1,2 milliard $ US de sa dette en nouvelles actions.

En dépit des grands discours convenus sur la création de valeurs, rien n’est évidemment acquis d’avance, et les belles promesses faites lors des appels de fonds peuvent même parfois se transformer en cauchemar. Les actionnaires d’Eurotunnel étaient bien placés pour le savoir. 

Il fallait cependant à cette époque, pour le Groupe TEMBEC, convaincre les souscripteurs que les fonds apportés seraient utilisés à bon escient et que les risques de dilution, particulièrement désagréables pour les actionnaires, étaient faibles ou limités dans le temps. 

Une année est passée depuis, et la dilution des fonds, s’est produite dans un contexte difficile pour l’industrie papetière. Rien de bon pour séduire les actionnaires, et les inciter à investir en recherche et développement. 

Étrangement, après la fermeture et la mise en chômage technique du personnel de l’usine de Tarascon. Deux évènements  ne rassureront pas les souscripteurs : L’incendie du parc à bois, et la décontamination de certains résidus radio actifs. 

D’autant plus étrange, que le bulletin municipal de la Ville de Tarascon publie un article de deux pages, sur la situation de l’usine. Le titre se veut rassurant « L’avenir de l’usine n’est pas compromis ». Il n’est ni fait référence au plan de recapitalisation du groupe en 2008, ni aux exigences des nouveaux actionnaires (chut !). 

Dans les dates clés, bizarrement on passe d’octobre 2007 à février 2009, en ignorant les 60 millions $ US de dettes recapitalisées en nouvelles actions. 

1,2 milliard $ US, qui n’ont pas été misé sur TEMBEC pour rien ! Ils doivent rapporter coûte que coûte aux actionnaires, dans une logique de profits quasi immédiat… 

Au Front National de Tarascon, nous pensons à l’inverse du Maire de Tarascon Charles Fabre et du Conseiller Général Lucien Limousin, que l’ AVENIR DE L’USINE RISQUE FORTEMENT D’ÊTRE COMPROMIS. L’heure n’est pas aux discours rassurants, mais de connaître le plan de restructuration du groupe de TEMBEC, qui nécessairement est entrain de se préparer… 

Prud’homales : le jour de vérité pour les syndicats

Mercredi 3 décembre 2008

affichescgt.jpgAffiches FN TarasconAffiches FN Tarascon-13-

L’Express : Le scrutin n’a pas d’incidence directe sur la force des syndicats car seuls les résultats des élections professionnelles détermineront leur représentativité à partir de l’an prochain.

Pour les syndicats et les organisations patronales, il constitue toutefois une occasion d’évaluer leur force, même si plus de deux salariés ou employeurs sur trois ont boudé le vote lors des derniers scrutins.

En 2002 et 1997, 67% des salariés s’étaient ainsi abstenus contre 54% en 1987 et 37% en 1979. L’abstention est encore plus élevée chez les employeurs, à 73% en 2002, 79% en 1997, 66% en 1987 et 52% en 1979.

En 2002, la CGT avait obtenu 32,1% des voix, la CFDT 25,2%, FO 18,3%, la CFTC 9,7%, la CFE-CGC 7,0%, l’Unsa 5,0%, Solidaires et ses alliés 1,5%.

Les premières estimations devraient être connues vers 22h00 (21h00 GMT) et les résultats définitifs tard dans la nuit.

La suite …

 le syndicalisme français, dévoyé et moribond, est quant à lui une des causes du blocage de notre économie et un des obstacles majeurs aux réformes nécessaires de la société française (retraites, Sécurité sociale, fonction publique, formation professionnelle, Code du travail, …). Partisans presque exclusifs de la stratégie de rupture (grèves et opposition systématique à tout changement), ceux-ci interdisent de fait les négociations collectives par branches d’activité, seuls facteurs réels et concrets de dialogue social (abroger la loi Auroux de 1983 qui a supprimé le principe de négociation au niveau des branches).

Alors que la France compte plus de 7 millions de personnes vivant avec moins de 817 euros par mois, près de 2,5 millions de “travailleurs pauvres”, occupant un emploi précaire et plusieurs millions de chômeurs, plusieurs syndicats, au rang desquels la CGT, la FSU, SUD et la CNT, n’ont pas trouvé mieux que de lancer une campagne pour la syndicalisation et la régularisation des clandestins, rappelant que “le droit du travail protège aussi les travailleurs sans-papiers” (sic).

Le Front National dénonce une campagne irresponsable, qui va à l’encontre des intérêts des travailleurs français, en les exposant à une immigration sauvage dont tous les économistes sérieux s’accordent à dire qu’elle exerce une concurrence déloyale, hier sur les métiers peu qualifiés, demain sur tous les emplois, y compris qualifiés, et tire les salaires vers le bas.

Ces syndicats démontrent ainsi qu’ils appartiennent bien en fait à cette gauche “bobo” qui, alliée à la droite financière, livre la France à l’ultra-libéralisme.

http://www.dailymotion.com/video/k1XzsMP7VkzKwpBju7

1...8485868788