Archive de la catégorie ‘médias’

TAFTA : où en sommes-nous ?

Jeudi 28 avril 2016
TAFTA : où en sommes-nous ? dans économie

Le gouvernement feint de pouvoir abandonner les négociations qu’il conduit pourtant dès le départ. Ce n’est là que pure stratégie électorale.

Le traité de libre-échange transatlantique, communément désigné par l’acronyme TAFTA (TransAtlantic Free Trade Agreement), est régulièrement évoqué dans les médias sans que l’on sache avec exactitude ce qu’il comporte. Dès le début des négociations, le Front national avait attiré l’attention sur la dangerosité inhérente à ce traité, que les États-Unis souhaitent ratifier au plus vite. Au-delà des mesures envisagées – qui, si elles sont ratifiées, bouleverseront radicalement notre droit commercial en matière internationale -, l’opacité des négociations trouble.

Pas moins de soixante élus se sont plaints du manque de transparence dans une tribune publiée par Le Monde : « Chacun sait que l’Union européenne négocie avec les États-Unis un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP), mais personne ne sait ce qu’il contient. » Une réflexion parfaitement légitime, alors que nous ne connaissons toujours pas le contenu du traité, en raison de clauses de confidentialité particulièrement contraignantes. La Commission européenne, associée à la Maison-Blanche, maintiendraient-elles le flou pour masquer ce qui s’apparente à un nouveau marché de dupes pour les peuples européens ? C’est fort possible.

Si le détail des négociations est entouré d’un halo de mystère, les grands traits de l’accord sont d’ores et déjà connus : réduire les barrières tarifaires en vigueur entre les États-Unis et l’Union européenne, lever les obstacles non tarifaires aux échanges commerciaux (notamment en organisant la convergence des normes), définir de nouvelles règles en matière de commerce et d’investissement en créant, par exemple, un tribunal arbitral chargé de juger les différends entre les deux marchés. Pour qui sait lire entre les lignes, le TAFTA prépare la vassalisation de l’Europe, sa soumission au marché américain.

Lire la suite sur Boulevard Voltaire…

Les 4 vérités – Marine Le Pen – 2016/04/25

Mercredi 27 avril 2016
Image de prévisualisation YouTube

Louis Aliot sur I>Télé

Vendredi 15 avril 2016
http://www.dailymotion.com/video/x43ehgn

Louis Aliot, Vice-président du Front National, était l’invité de Claude Askolovitch sur I>Télé (lundi 11 avril).

Réaction de Marine Le Pen à l’émission de F.Hollande

Vendredi 15 avril 2016

marine le pen jolie

Communiqué de presse de Marine Le Pen‏, Présidente du Front National

Nous voilà ce soir face à un nouveau grand ratage présidentiel qui en aucun cas ne redonnera espoir aux Français.

Ratage sur le fond bien entendu, puisqu’aucune réponse concrète n’a été donnée à ses interlocuteurs, et qu’aucune annonce susceptible de sortir la France et les Français de l’ornière n’a été faite.

Sur tous les sujets, François Hollande s’est contenté d’une laborieuse justification de sa politique. Et au final, il s’est limité à un long plaidoyer de son inaction.

Lire la suite…

Gilbert Collard invité du Talk Orange-Le Figaro

Jeudi 14 avril 2016
http://www.dailymotion.com/video/x445d92

Ces écoles musulmanes qui inquiètent le gouvernement

Jeudi 7 avril 2016

JT 13heures TF1 – 6 avril 2016

« Panama Papers » : l’hypothèse d’une manipulation prend de l’ampleur

Jeudi 7 avril 2016

Les « Panama papers » n’ont pas été transmis par une source interne mais obtenus de l’extérieur par effraction.

telemanipulation.gif

C’est une des caractéristiques de notre époque et c’est en passe de devenir un grand classique. Lorsque survient un événement majeur aux répercussions planétaires, les médias donnent le la et le grand public réagit en conséquence comme un chien bien dressé. Puis vient le temps de la suspicion et, au bout, celui de la théorie du complot. Deux jours à peine après la divulgation des « Panama Papers », force est de constater que nous y sommes, à ce fameux complot, ce qui doit constituer un record en la matière. Illustration de ce changement brutal dans la perception de cet événement, les derniers tweets de WikiLeaks, dans lesquels il est désormais question de révélations ciblées à des fins politiques.

Pourquoi évoquer un complot ? Parce que l’information du jour, relayée d’abord par des blogs généralement bien informés puis sur les chaînes de télévision américaines, est un véritable coup de tonnerre : il n’y a pas eu de fuite (leak, en anglais), les « Panama Papers » n’ont pas été transmis par une source interne comme dans le cas de la NSA avec Edward Snowden, mais obtenus de l’extérieur par effraction.

Pourquoi cette information est capitale ?

Sachant que des cabinets d’avocats comme Mossack Fonseca ne lésinent pas sur les moyens pour protéger leurs données, il est plus que probable que l’intrus n’est pas un vulgaire hacker mais une organisation dotée de moyens puissants.

Lire la suite sur Boulevard Voltaire…

Zemmour : « Les paradis fiscaux, c’est le paradis des élites »

Mardi 5 avril 2016

RTL – On n’est pas forcément d’accord – 05-04-2016

http://www.dailymotion.com/video/x423rxz

Florian Philippot sur I>Télé

Mardi 5 avril 2016
http://www.dailymotion.com/video/x41xzev

Florian Philippot, Vice-président du Front National, était l’invité de Laurence Ferrari sur I>Télé.

Le terrorisme repose sur la loi du silence

Samedi 2 avril 2016

Les élites ferment les yeux, la classe politique est veule, les intellectuels ne veulent pas voir.

omerta

Les élites ferment les yeux, la classe politique est veule, les intellectuels ne veulent pas voir. Les policiers font une sorte de grève du zèle, sachant que leur hiérarchie les lâchera au premier tournant. L’ex-DST n’a plus véritablement de doctrine et, surtout, de détermination. C’est, en effet, la peur qui domine. Chacun a peur de commettre la gaffe ou l’impair qui, dérogeant au politiquement correct, mettrait sa carrière en jeu.

Le cursus des terroristes indique, primo qu’il n’aurait pas fallu des frontières poreuses avec les « migrants » ; secundo qu’il aurait fallu une application effective des peines de prison ; tertio qu’il aurait fallu des contrôles à caractère discriminatoire, au faciès ou au jugé (cas de l’individu déambulant en bob et lunettes noires dans l’aéroport).

Lors de la précédente vague d’attentats, témoignant sur BFM-TV, le logeur de Saint-Denis déclarait : « On m’a demandé de rendre service et j’ai rendu service. » À Molenbeek et autres enclaves majoritairement peuplées d’immigrés (Courcouronnes, Montreuil, Saint-Denis, Bobigny, Aubervilliers), l’islam fondamentaliste agit comme le parti de l’Inca, dans Le Temple du soleil d’Hergé, où un membre de la confrérie clandestine menace un de ses frères de sang en lui disant : « Tu sais ce qu’il en coûte de désobéir aux ordres de qui tu sais. »

La règle de l’omerta, du clientélisme et des « services » rendus pousse les membres d’une communauté à ne rien voir, ou à considérer la police comme une menaçante force d’occupation d’un territoire déjà acquis à la cause de l’islam.

La suite sur Boulevard Voltaire…

Zemmour : « Le réel est entré par effraction au gouvernement »

Jeudi 31 mars 2016

RTL – On’est pas forcément d’accord – 31-03-2016

Image de prévisualisation YouTube

Molenbeek à la française

Jeudi 31 mars 2016

Le mal est aujourd’hui profond et ne pourra être combattu que par des responsables politiques déterminés.

politique ville 2

Boulevard Voltaire :

En déclarant qu’une centaine de quartiers, en France, « présentent des similitudes potentielles »avec le quartier de Molenbeek à Bruxelles, le ministre de la Ville Patrick Kanner a jeté un pavé dans la mare. Aussitôt, Jean-Christophe Cambadélis et Julien Dray se sont prononcés contre toute « stigmatisation ». Tandis que Manuel Valls évoquait une responsabilité collective de ceux ayant exercé le pouvoir au cours de ces dernières décennies.

Comme à l’accoutumée, tout était dit, et on pouvait continuer à faire comme si rien ne s’était passé. Pourtant, une analyse de notre passé révèle que les politiques de la ville liées aux politiques migratoires et sécuritaires désastreuses menées ces trente dernières années ont indubitablement conduit aux résultats que nous connaissons aujourd’hui en matière de criminalité et de terrorisme.

En ce qui concerne les politiques de la ville mises en œuvre depuis le milieu des années 80, les rapports successifs de la Cour des comptes, que l’on ne peut soupçonner de parti pris, n’ont cessé d’en dénoncer les dysfonctionnements. Que ce soit en 1995, en 2002 ou en 2012, les rapports de la Cour font les mêmes constats : trop de quartiers concernés, politiques insuffisamment pilotées, faible mobilisation des politiques publiques, répartition insatisfaisante des moyens, objectifs nationaux mal identifiés, projets urbains mal définis, et la liste est longue des reproches faits à une politique qui a coûté des milliards au contribuable français. Et, de fait, comme le souligne M. Valls, ces constats touchent autant les gouvernements de droite que ceux de gauche. Mais nous savons, depuis un certain M. Fabius, que l’on peut être responsable sans être coupable.

Pour ce qui relève des politiques migratoires mises en place en France au cours de ces dernières années, on sait maintenant qu’il s’avère impossible, notamment depuis 2009 et la réforme des types d’autorisations de séjour, de déterminer avec précision qui entre et qui sort du pays. Toutes les réglementations ne font que rendre plus difficile encore la gestion de ce dossier épineux qui s’avère porteur de graves dangers. L’actuelle crise des migrants, et les corrélations établies avec les actes terroristes survenus en novembre 2015 à Paris, en constituent la parfaite illustration.

Dans ce contexte, il appartient également aux élus locaux, pour lesquels la politique de la ville ne fut pendant longtemps qu’une simple manne financière destinée à subventionner des associations complaisantes, de se réveiller. Il ne suffit pas de déclarer qu’on n’a pas de « zones de non-droit » pour que ce phénomène disparaisse comme par enchantement. Le mal est aujourd’hui profond et ne pourra être combattu que par des responsables politiques déterminés. Si on continue de fermer les yeux, ce n’est pas une centaine de Molenbeek à la française qui sera à craindre – chiffre sans doute en dessous de la réalité -, mais des centaines puis des milliers.

Xavier Raufer : Face au terrorisme, le Gouvernement est tétanisé : des lapins dans des phares !

Jeudi 24 mars 2016

raufer

« Et si l’on trouvait un nouveau nom pour notre pays ? »

Mardi 15 mars 2016
Image de prévisualisation YouTube

Que M. JUGLARET assume ses positions politiques clairement !

Vendredi 11 mars 2016

Valérie Laupies officielle 2016

Message adressé aujourd’hui à la rédaction de « La Provence » (Arles) par Valérie LAUPIES membre du Bureau politique du Front National.

Bonjour,

Suite à la rubrique « les indicrets » de ce jour, relative à M.Juglaret, je vous adresse ce message que je souhaiterais public.

L’élu arlésien se permet d’insulter le Front national pour tenter de justifier sa collusion avec le président du conseil communautaire socialiste : « Au-delà de ça, mis à part le FN, on est dans une position d’intelligence à ACCM ». 

Les élus du Front national, comme chaque élu de la République Française, méritent le respect dans l’exercice de leur mandat et pour l’intérêt général. Les électeurs du territoire de l’ACCM qui ont voté majoritairement pour le Front national aux dernières élections se trouvent indirectement outragés par ces propos.

Le respect est une valeur fondamentale « du vivre ensemble » (expression politiquement correcte très souvent employée par LR et PS) àfortiori entre élus.

Que M. JUGLARET assume ses positions politiques clairement ; contrairement à ce qu’il prétend, siéger en assemblée n’est pas qu’une simple formalité technique mais bien la participation aux débats politiques, soldés par un vote.

M.Chassain appréciera le choix de son ami LR !

Bien cordialement.

 

Valérie LAUPIES

Conseillère régionale

Conseillère communautaire

Conseillère municipale

12345...89