Archive de la catégorie ‘médias’

Attentat de Nice : Florian Philippot face à un journaliste d’Europe 1 qui ne croit pas à la thèse de l’islamisme

Samedi 16 juillet 2016
Image de prévisualisation YouTube

Quelques photos du BBR du Pontet…

Dimanche 10 juillet 2016

Quelques photos du BBR du Pontet…A l’occasion de cette fête chaleureuse, Valérie LAUPIES  tenait le stand du Collectif Racine dont-elle est la vice-Présidente, stand des enseignants patriotes avec ses amis Julien LANGARD responsable du Collectif du Vaucluse, et Jean Bernard FORME, responsable du Collectif du Var. SAUVONS LA FRANCE !!

Marseille : le carrosse de l’Etat roule sur l’or pour le sous-préfet

Vendredi 8 juillet 2016

Marseille : le carrosse de l’Etat roule sur l’or pour le sous-préfet dans INFO ACTU

De la vaisselle comme s’il en pleuvait, des achats à volonté chez Darty, une parure de draps à prix d’or : dans la préfectorale, on continue de mener grand train, même si les temps sont durs. Le sous-préfet Jean-René Vacher, secrétaire général de la zone de défense et de sécurité Sud, 64 ans, ancien élève de l’ENA, promotion « Liberté Égalité Fraternité » (1 987), enseignant de formation, ne recule devant rien. Ses frais d’installation à Marseille, à son retour de la Martinique, ont en tout cas été fort coûteux pour le contribuable français, a-t-on appris de source confidentielle.

(…)

La Provence

Florian Philippot sur France Info

Vendredi 8 juillet 2016

Florian Philippot, Vice-président du Front National, était l’invité de France Info.

http://www.dailymotion.com/video/x4ju2hb

Brexit : Nigel Farage accuse plusieurs médias français dont BFM TV d’avoir sciemment désinformé à son sujet

Mercredi 6 juillet 2016

Ci-dessous le communiqué de Nigel Farage (ex Président de Ukip pro-Brexit) qui accuse notamment Libération, L’Obs, Europe 1, BFM TV, Les Échos, d’avoir désinformé à son sujet en affirmant qu’il avait promis de réorienter les 350 millions de livres que le Royaume-Uni fournit par semaine à l’Union Européenne vers le National Health Service. Il demande la publication de ce droit de réponse « par probité professionnelle et par respect » pour leurs lecteurs/auditeurs/téléspectateurs.

nigel-farage

Notons que 3 jours après le Brexit, Marion Maréchal Le Pen dénonçait déjà en direct sur BFM TV ce mensonge (voir à 5min41 sur la vidéo ci-dessous), ce qui n’a pas empêché la chaîne de continuer à l’évoquer, notamment lors de la démission de Farage :

Image de prévisualisation YouTube

Le communiqué de Nigel Farage :

Je sais que les journalistes français et ceux de Belgique francophone me sont largement hostiles. Je sais que beaucoup parlent de moi comme d’un populiste ou d’un leader d’extrême droite. Au-delà des caricatures, je ne m’attendais pas à ce que certains de ces médias aillent jusqu’à désinformer leurs lecteurs afin de nuire à ma personne, à mes idées et à mon pays.

J’ai découvert, avec stupeur, que les sites d’information français Libération, L’Obs, Europe 1, BFM TV, Les Échos ainsi que les médias belges RTBF, La Libre et Le Soir ont publié, sur ma personne, une information tronquée et malveillante.

En effet, ces médias ont affirmé ou laissé entendre que j’avais fait campagne sur une fausse promesse, celle de réorienter les 350 millions de livres que le Royaume-Uni fournit par semaine à l’Union Européenne vers le National Health Service. Je n’ai jamais fait cette promesse.

La campagne pour le Brexit a été menée d’un côté par UKIP, le parti que je préside et de l’autre par un organisme subventionné par l’État, nommé Vote Leave. Si UKIP et Vote Leave ont fait campagne dans la même direction, ils n’ont jamais été des alliés, n’ont pas tenu de meetings communs et ne se sont jamais concertés pour savoir qui faisait quoi.

La redirection des subventions versées à l’Union Européenne vers le NHS a toujours été une promesse exclusive de Vote Leave. J’y suis donc totalement étranger et je ne l’ai jamais soutenue. Il va donc de soi que je ne saurais y être associé.

En conséquence, il s’avère que vos informations sont fausses et diffamatoires. Manifestement, vous n’avez pas compris qui faisait quoi durant toute la campagne référendaire. J’en déduis donc que vos lecteurs sont bien mal informés sur le Brexit. Néanmoins, à défaut de comprendre l’actualité, vous pourriez au moins faire l’effort de vérifier vos sources quand vous retranscrivez vos homologues britanniques ou, à défaut, engager un traducteur compétent.

J’espère que, par probité professionnelle et par respect pour vos lecteurs, vous publierez ce communiqué adressé à chaque rédaction des médias invoqués par le présent message.

Bien cordialement,

Nigel Farage

Alain de Benoist : Brexit : vers un effet domino en Europe ?

Jeudi 30 juin 2016

Alain de Benoist : Brexit : vers un effet domino en Europe ? dans culture Teddijo_dessin_brexit_europe_ue-b30e5-f88a4

« Contrairement à ce que l’on dit, les principales conséquences [du Brexit] ne seront pas économiques ou financières, mais politiques »

Boulevard Voltaire :

Le Brexit a retenti comme un coup de tonnerre, qui semble avoir surpris jusqu’à ses partisans. Comment en est-on arrivé là ? Et quel est le sens profond de cet événement ?

Les Anglais se sont tirés les premiers : c’est en effet un événement historique. Mais d’abord une remarque : ils n’auraient, pour commencer, jamais dû y entrer. Comme le général de Gaulle l’avait bien compris en son temps, l’Angleterre s’est toujours sentie plus proche des États-Unis (le « grand large ») que de l’Europe, où elle n’a cessé de jouer le rôle d’un cheval de Troie atlantiste et dont elle n’a jamais pleinement accepté les règles. En ce sens, le divorce met fin à un mariage qui n’avait jamais été vraiment consommé.

Les principales motivations de ce vote sont, comme on l’a déjà beaucoup dit, la question de l’immigration et surtout un sentiment d’abandon social, politique et culturel qui alimente un formidable ressentiment envers la classe politique traditionnelle et les élites mondialisées. Le vote britannique n’a, d’ailleurs, pas opposé les conservateurs et les travaillistes, mais des partisans et des adversaires du Brexit des deux camps, ce qui signifie qu’il a transcendé le clivage droite-gauche.

Suite…

« Depuis 2012, élection après élection, le Front a confirmé ses excellents scores, les a améliorés… »

Dimanche 12 juin 2016

 

PROVENCE PROVENCE2

 

La Provence 11/06/2016

Marine Le Pen à RT France : «Il n’y aura plus d’Union européenne si la France en sort»

Mercredi 25 mai 2016
Image de prévisualisation YouTube

Marine Le Pen sur Europe 1

Vendredi 20 mai 2016
http://www.dailymotion.com/video/x4bmmjb

« Le voile de la discorde »

Jeudi 19 mai 2016

Téléchargez l’émission en cliquant sur le visuel :

visuel voile de la discorde

Florian Philippot sur France 5

Lundi 16 mai 2016
Image de prévisualisation YouTube

Florian Philippot, Vice-Président du Front National, était l’invité de C Politique sur France 5.

Verdun : le concert de Black M annulé

Vendredi 13 mai 2016

La décision a été prise hier soir à la mairie de Verdun lors d’une réunion de la majorité. Le concert de Black M prévu le dimanche 29 mai à 21 h en marge des commémorations du centenaire de la Bataille de Verdun est annulé.

Verdun : le concert de Black M annulé dans INFO ACTU

Depuis plusieurs jours déjà, « une polémique d’ampleur sans précédent a été orchestrée. Nous assistons à un déferlement de haine et de racisme. Nous sommes alertés par les services de l’État de risques forts de troubles à l’ordre public ». Lit-on dans le communiqué publié par la mairie de Verdun ce matin.

Le trouble à l’ordre public et la sécurité, « c’est la première raison » de l’annulation confie Samuel Hazard, le maire de Verdun. « Je pense que la polémique va retomber mais je ne peux pas prendre le risque ».

Depuis plusieurs jours, des appels insultants venaient saturer le standard de la ville. « Je suis menacé physiquement par ces appels », souligne-t-il. « Des groupuscules menacent même de venir troubler l’ordre public ». Le maire a eu aussi beaucoup de messages de soutien de la population.

Le maire de Verdun lâché
Mais depuis hier, les soutiens si clairs auparavant, ce sont évaporés au fur et à mesure que la polémique enflait. « Finalement, j’ai été lâché », déclare l’édile. 

Lire l’article …

Florian Philippot sur France 2

Vendredi 13 mai 2016

Florian Philippot, Vice-Président du Front National, était l’invité des « 4 Vérités » sur France 2.

Image de prévisualisation YouTube

Mme Merkel s’engage contre le Front National et révèle la soumission de l’UMPS à l’Allemagne

Vendredi 6 mai 2016

marine le pen vis

Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Les propos très graves de Mme Merkel, déclarant vouloir « contribuer à ce que d’autres forces politiques soient plus fortes que le Front National», témoignent d’une ingérence dans nos affaires intérieures aussi outrancière qu’humiliante pour la France, et marquent une cruelle vérité : celle de la soumission de notre pays à l’Allemagne.

Pour s’autoriser de tels propos, il faut en effet que la Chancelière allemande considère définitivement la France comme son pré-carré et François Hollande comme son vice-chancelier, par ailleurs si faible qu’il faudrait même l’aider, chez lui, à lutter contre son principal parti d’opposition.

Hélas, aucune réaction officielle française ne viendra protester contre cette ingérence manifeste de la patronne du gouvernement allemand dans les affaires démocratiques du peuple français. Pire, il est même hautement probable que les partis politiques du système se réjouissent de ce renfort de Mme Merkel, comme une récompense, eux qui depuis des années oeuvrent à défendre en Europe les intérêts allemands au lieu des intérêts français.

Cette affaire a cependant le mérite d’éclairer les Français sur certaines réalités politiques. L’UMPS est bel et bien le parti de Berlin et de Bruxelles, quand le Front National est le seul mouvement à défendre les intérêts du peuple français.

TAFTA : où en sommes-nous ?

Jeudi 28 avril 2016
TAFTA : où en sommes-nous ? dans économie

Le gouvernement feint de pouvoir abandonner les négociations qu’il conduit pourtant dès le départ. Ce n’est là que pure stratégie électorale.

Le traité de libre-échange transatlantique, communément désigné par l’acronyme TAFTA (TransAtlantic Free Trade Agreement), est régulièrement évoqué dans les médias sans que l’on sache avec exactitude ce qu’il comporte. Dès le début des négociations, le Front national avait attiré l’attention sur la dangerosité inhérente à ce traité, que les États-Unis souhaitent ratifier au plus vite. Au-delà des mesures envisagées – qui, si elles sont ratifiées, bouleverseront radicalement notre droit commercial en matière internationale -, l’opacité des négociations trouble.

Pas moins de soixante élus se sont plaints du manque de transparence dans une tribune publiée par Le Monde : « Chacun sait que l’Union européenne négocie avec les États-Unis un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP), mais personne ne sait ce qu’il contient. » Une réflexion parfaitement légitime, alors que nous ne connaissons toujours pas le contenu du traité, en raison de clauses de confidentialité particulièrement contraignantes. La Commission européenne, associée à la Maison-Blanche, maintiendraient-elles le flou pour masquer ce qui s’apparente à un nouveau marché de dupes pour les peuples européens ? C’est fort possible.

Si le détail des négociations est entouré d’un halo de mystère, les grands traits de l’accord sont d’ores et déjà connus : réduire les barrières tarifaires en vigueur entre les États-Unis et l’Union européenne, lever les obstacles non tarifaires aux échanges commerciaux (notamment en organisant la convergence des normes), définir de nouvelles règles en matière de commerce et d’investissement en créant, par exemple, un tribunal arbitral chargé de juger les différends entre les deux marchés. Pour qui sait lire entre les lignes, le TAFTA prépare la vassalisation de l’Europe, sa soumission au marché américain.

Lire la suite sur Boulevard Voltaire…

12345...90