Archive de la catégorie ‘europe’

« OUI TARASCON #3 » Le magazine de ré-information des Tarasconnais présenté par Valérie Laupies.

Vendredi 24 novembre 2017

Au sommaire de l’édition de novembre 2017 : – La Politique de la ville -

Le premier « plan banlieue », qui préfigurait la « politique de la ville » a été lancé en 1977, il y a près de 40 ans. Cette approche visait à cibler et aider les quartiers dits « sensibles », ou « défavorisés » comme les Ferrages à Tarascon. 
Pourtant, malgré des milliards d’euros déversés depuis trente ans, les problèmes subsistent, voire augmentent, en France mais aussi sur Tarascon…

Pourquoi cet échec ?

[Vidéo] Quel avenir pour notre territoire ? Va-t-on assister dans un futur proche à la disparition des communes ?

Jeudi 23 novembre 2017

Depuis quelques années, le législateur encourage les regroupements forcés de communes au profit des grandes villes et des agglomérations.

Le blogueur tarasconnais Hector Vigo nous éclaire sur cette situation dans le Pays d’Arles et plus particulièrement sur sa ville Tarascon…

Marine Le Pen sur le déni démocratique de l’UE face au « non » Wallon

Jeudi 27 octobre 2016

Marine Le Pen est intervenue en Commission européenne pour défendre la décision démocratique des Wallons face aux velléités liberticides de l’Union européenne.

Image de prévisualisation YouTube

Marine Le Pen: Brexit – BBC News

Vendredi 14 octobre 2016
Image de prévisualisation YouTube

Brexit : Nigel Farage accuse plusieurs médias français dont BFM TV d’avoir sciemment désinformé à son sujet

Mercredi 6 juillet 2016

Ci-dessous le communiqué de Nigel Farage (ex Président de Ukip pro-Brexit) qui accuse notamment Libération, L’Obs, Europe 1, BFM TV, Les Échos, d’avoir désinformé à son sujet en affirmant qu’il avait promis de réorienter les 350 millions de livres que le Royaume-Uni fournit par semaine à l’Union Européenne vers le National Health Service. Il demande la publication de ce droit de réponse « par probité professionnelle et par respect » pour leurs lecteurs/auditeurs/téléspectateurs.

nigel-farage

Notons que 3 jours après le Brexit, Marion Maréchal Le Pen dénonçait déjà en direct sur BFM TV ce mensonge (voir à 5min41 sur la vidéo ci-dessous), ce qui n’a pas empêché la chaîne de continuer à l’évoquer, notamment lors de la démission de Farage :

Image de prévisualisation YouTube

Le communiqué de Nigel Farage :

Je sais que les journalistes français et ceux de Belgique francophone me sont largement hostiles. Je sais que beaucoup parlent de moi comme d’un populiste ou d’un leader d’extrême droite. Au-delà des caricatures, je ne m’attendais pas à ce que certains de ces médias aillent jusqu’à désinformer leurs lecteurs afin de nuire à ma personne, à mes idées et à mon pays.

J’ai découvert, avec stupeur, que les sites d’information français Libération, L’Obs, Europe 1, BFM TV, Les Échos ainsi que les médias belges RTBF, La Libre et Le Soir ont publié, sur ma personne, une information tronquée et malveillante.

En effet, ces médias ont affirmé ou laissé entendre que j’avais fait campagne sur une fausse promesse, celle de réorienter les 350 millions de livres que le Royaume-Uni fournit par semaine à l’Union Européenne vers le National Health Service. Je n’ai jamais fait cette promesse.

La campagne pour le Brexit a été menée d’un côté par UKIP, le parti que je préside et de l’autre par un organisme subventionné par l’État, nommé Vote Leave. Si UKIP et Vote Leave ont fait campagne dans la même direction, ils n’ont jamais été des alliés, n’ont pas tenu de meetings communs et ne se sont jamais concertés pour savoir qui faisait quoi.

La redirection des subventions versées à l’Union Européenne vers le NHS a toujours été une promesse exclusive de Vote Leave. J’y suis donc totalement étranger et je ne l’ai jamais soutenue. Il va donc de soi que je ne saurais y être associé.

En conséquence, il s’avère que vos informations sont fausses et diffamatoires. Manifestement, vous n’avez pas compris qui faisait quoi durant toute la campagne référendaire. J’en déduis donc que vos lecteurs sont bien mal informés sur le Brexit. Néanmoins, à défaut de comprendre l’actualité, vous pourriez au moins faire l’effort de vérifier vos sources quand vous retranscrivez vos homologues britanniques ou, à défaut, engager un traducteur compétent.

J’espère que, par probité professionnelle et par respect pour vos lecteurs, vous publierez ce communiqué adressé à chaque rédaction des médias invoqués par le présent message.

Bien cordialement,

Nigel Farage

Alain de Benoist : Brexit : vers un effet domino en Europe ?

Jeudi 30 juin 2016

Alain de Benoist : Brexit : vers un effet domino en Europe ? dans culture Teddijo_dessin_brexit_europe_ue-b30e5-f88a4

« Contrairement à ce que l’on dit, les principales conséquences [du Brexit] ne seront pas économiques ou financières, mais politiques »

Boulevard Voltaire :

Le Brexit a retenti comme un coup de tonnerre, qui semble avoir surpris jusqu’à ses partisans. Comment en est-on arrivé là ? Et quel est le sens profond de cet événement ?

Les Anglais se sont tirés les premiers : c’est en effet un événement historique. Mais d’abord une remarque : ils n’auraient, pour commencer, jamais dû y entrer. Comme le général de Gaulle l’avait bien compris en son temps, l’Angleterre s’est toujours sentie plus proche des États-Unis (le « grand large ») que de l’Europe, où elle n’a cessé de jouer le rôle d’un cheval de Troie atlantiste et dont elle n’a jamais pleinement accepté les règles. En ce sens, le divorce met fin à un mariage qui n’avait jamais été vraiment consommé.

Les principales motivations de ce vote sont, comme on l’a déjà beaucoup dit, la question de l’immigration et surtout un sentiment d’abandon social, politique et culturel qui alimente un formidable ressentiment envers la classe politique traditionnelle et les élites mondialisées. Le vote britannique n’a, d’ailleurs, pas opposé les conservateurs et les travaillistes, mais des partisans et des adversaires du Brexit des deux camps, ce qui signifie qu’il a transcendé le clivage droite-gauche.

Suite…

Nicolas Bay (FN) domine 3 journalistes anti Brexit sur la question de l’immigration

Vendredi 24 juin 2016

Le 23 juin 2016 sur BFM TV, Nicolas Bay était seul face à 3 journalistes farouchement opposés à la sortie de la Grande Bretagne de l’Union Européenne (Brexit) : Laurent Neuman, Emmanuel Lechypre et Alex Taylor. Ce qui ne l’a pas empêché malgré le débat déséquilibré de les dominer sur la question de l’immigration.

Image de prévisualisation YouTube

Il faut sauver nos paysans !

Jeudi 2 juin 2016

LOISEAU

Philippe Loiseau (FN) sur le marché du MIN à Châteaurenard (13)

Communiqué de Presse de Philippe Loiseau, Député français au Parlement européen, Membre de la Commission agriculture et développement rural

Alors que les réunions se succèdent au Parlement européen pour « discuter » de la crise agricole qui touche gravement l’agriculture française, nos agriculteurs crient toujours leur désespoir.

Le commissaire Hogan estimait il n’y a pas si longtemps que les agriculteurs français n’avaient pas à se plaindre… Il serait bon qu’il ne se contente pas d’en juger depuis les bureaux du Parlement européen et qu’il aille à la rencontre de nos producteurs. Il pourrait ainsi expliquer, notamment à ces éleveurs laitiers du Loiret qui estiment qu’ils sont en train « de crever », pourquoi il a décidé de supprimer les quotas laitiers… Le ministre de l’agriculture de l’époque M. Lemaire n’ayant montré aucune résistance. Il est vrai qu’ils ont en commun la volonté d’imposer les lois du libre-échange, tant et si bien que l’UMP a scandaleusement voté au Parlement Européen pour l’ouverture de négociations de libre-échange avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande, deux pays dont les éleveurs ont des coûts de production 30% plus bas que nos éleveurs. Les dirigeants de l’UMP font semblant de défendre les agriculteurs quand ils déambulent dans le salon de l’agriculture, tout en votant la veille des lois contre ces mêmes agriculteurs à Bruxelles. Cette façon de faire de la politique les déshonore.

Les résultats du démantèlement des quotas ne se sont pas fait attendre : concentration et disparition des exploitations (70 perdues en cinq dans le Loiret), diminution du nombre de producteurs, baisse des prix (de 30 à 27 centimes le litre depuis le début de l’année), endettement et bientôt faillite (perte pour l’exploitation de 5000 à 6000 euros par mois).

Avec mon collègue Edouard Ferrand, je me suis opposé à la fin des quotas et comme mes collègues agriculteurs je demande la mise en place d’un système de régulation. Plus généralement, alors qu’il ne fait plus aucun doute que la politique de l’Union Européenne détruit notre agriculture, il devient urgent de sortir de cette PAC. Il en va de la survie de notre agriculture. Nous devons retrouver notre souveraineté alimentaire en instaurant une Politique Agricole Française qui garantira les prix et protègera nos producteurs de la concurrence déloyale instaurée par l’Union européenne.

Florian Philippot sur France 2

Vendredi 13 mai 2016

Florian Philippot, Vice-Président du Front National, était l’invité des « 4 Vérités » sur France 2.

Image de prévisualisation YouTube

Marine Le Pen sur le diktat migratoire exercé par Erdogan sur l’UE

Jeudi 12 mai 2016

Marine Le Pen est intervenue au Parlement européen pour dénoncer le diktat migratoire exercé par Erdogan et auquel se soumet l’Union Européenne (11/05/16)

Image de prévisualisation YouTube

Marine Le Pen sur le statut d’économie de marché de la Chine

Mercredi 11 mai 2016

En session plénière, Marine Le Pen est intervenue au sujet du statut d’économie de marché de la Chine (10/05/16).

Image de prévisualisation YouTube

Loi El Khomri : encore un passage en force au Parlement pour obéir à Bruxelles

Mardi 10 mai 2016

1827486_3_3da6_le-president-francois-hollande-au-parlement_6dd72cf2dfedb32b23fee85637cb58e0

Communiqué de presse du Front National

L’usage du 49-3 par le gouvernement pour adopter, sans vote, la loi El Khomri, de la même manière qu’il avait déjà fait adopter la loi Macron l’année dernière, est une nouvelle illustration de la soumission du gouvernement à Bruxelles et de leur mépris commun de la Démocratie.

Ce véritable coup de force, pour faire passer une loi qui va précariser les salariés, nuire aux petites et moyennes entreprises et au final pénaliser l’emploi, doit alerter les Français sur les intérêts que servent en vérité les gouvernements successifs de l’UMP et du PS, à savoir ceux de l’Union européenne, des grands groupes et de la finance internationale.

A présent que cette décision scandaleuse du recours au 49-3 a été prise, il revient aux députés, en particulier aux députés PS, de prendre leurs responsabilités et d’assumer le rejet de ce texte en faisant tomber le gouvernement, sans quoi c’est l’ensemble des institutions démocratiques de notre pays qui en serait discrédité.

TAFTA : où en sommes-nous ?

Jeudi 28 avril 2016
TAFTA : où en sommes-nous ? dans économie

Le gouvernement feint de pouvoir abandonner les négociations qu’il conduit pourtant dès le départ. Ce n’est là que pure stratégie électorale.

Le traité de libre-échange transatlantique, communément désigné par l’acronyme TAFTA (TransAtlantic Free Trade Agreement), est régulièrement évoqué dans les médias sans que l’on sache avec exactitude ce qu’il comporte. Dès le début des négociations, le Front national avait attiré l’attention sur la dangerosité inhérente à ce traité, que les États-Unis souhaitent ratifier au plus vite. Au-delà des mesures envisagées – qui, si elles sont ratifiées, bouleverseront radicalement notre droit commercial en matière internationale -, l’opacité des négociations trouble.

Pas moins de soixante élus se sont plaints du manque de transparence dans une tribune publiée par Le Monde : « Chacun sait que l’Union européenne négocie avec les États-Unis un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP), mais personne ne sait ce qu’il contient. » Une réflexion parfaitement légitime, alors que nous ne connaissons toujours pas le contenu du traité, en raison de clauses de confidentialité particulièrement contraignantes. La Commission européenne, associée à la Maison-Blanche, maintiendraient-elles le flou pour masquer ce qui s’apparente à un nouveau marché de dupes pour les peuples européens ? C’est fort possible.

Si le détail des négociations est entouré d’un halo de mystère, les grands traits de l’accord sont d’ores et déjà connus : réduire les barrières tarifaires en vigueur entre les États-Unis et l’Union européenne, lever les obstacles non tarifaires aux échanges commerciaux (notamment en organisant la convergence des normes), définir de nouvelles règles en matière de commerce et d’investissement en créant, par exemple, un tribunal arbitral chargé de juger les différends entre les deux marchés. Pour qui sait lire entre les lignes, le TAFTA prépare la vassalisation de l’Europe, sa soumission au marché américain.

Lire la suite sur Boulevard Voltaire…

Infographie : comment l’Union européenne vous ruine

Jeudi 7 avril 2016

Chaque année, l’UE prend à la France 22 milliards d’euros et ne lui en rend que 13 (PAC et fonds régionaux compris).
La France perd ainsi 9 milliards d’euros par an !

ue-ruine

Attentats de Paris : Marine Le Pen met l’Union européenne face à ses responsabilités

Mercredi 25 novembre 2015

Au Parlement européen de Strasbourg, Marine Le Pen a mis l’Union européenne face à ses responsabilités suite aux attentats qui ont frappé Paris le 13 novembre.

Image de prévisualisation YouTube
12345...31