Archive de la catégorie ‘emploi’

Barcarin : Service public en danger ! [vidéo]

Mardi 16 mai 2017

Valérie LAUPIES s’est rendue cette semaine au bac du Barcarin en Camargue [vidéo]
Le « Bac du Barcarin » permet de désenclaver Salin de Giraud en ouvrant la voie routière sur l’Est des Bouches du Rhône et sur Port Saint Louis du Rhône. Il facilite ainsi la circulation pour beaucoup de Saliniers.
Le Conseil départemental des Bouches du Rhône, le Conseil régional PACA et la ville d’Arles qui gèrent cette installation au sein du – Syndicat Mixte des Traversées du Delta du Rhône – (SMTDR), n’ont visiblement pas mesuré l’importance pour le développement économique et territorial de l’exploitation de cette infrastructure. 
 En effet, la SMTDR voit son budget diminuer sous prétexte de faire des économies. Des diminutions qui entraînent le mécontentement des usagers réguliers du bac mais aussi de la part du personnel de la SMTDR…

Hausse de 1% du chômage en juillet en PACA

Jeudi 25 août 2016

chom

L’opération bidouillage de François Hollande sur les chiffres du chômage pour essayer de faire croire à une baisse n’a pas fonctionné dans notre région.

La France n’est pas condamnée à la fatalité du chômage de masse et de la précarité de l’emploi. Elle peut y échapper en tournant le dos aux politiques d’abandon de notre industrie et de nos PME/PMI menées depuis des décennies par l’UMP et le PS sous l’égide de l’Union européenne.

Le nombre de demandeurs d’emploi a progressé de 1% en juillet en Provence-Alpes-Cote d’Azur selon la Direccte et Pôle Emploi, soit +1,4 % dans les Bouches-du-Rhône et +0,5% dans le Var.

Fin juillet 2016, en PACA, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) s’établit à 324 310. Ce nombre augmente de 1,4% sur trois mois (soit +4 630 personnes), de 1,0% sur un mois et de 0,6% sur un an. En France métropolitaine, ce nombre diminue de 0,1% sur trois mois, de 0,5% sur un mois et de 1,2% sur un an.

+3,2% pour les moins de 25 ans sur les trois derniers mois

Sur trois mois, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A augmente en PACA de 3,2% pour les moins de 25 ans (+1,4% sur un mois et –3,3% sur un an), progresse de 1,2% pour ceux âgés de 25 à 49 ans (+1,1% sur un mois et -0,1% sur un an) et s’accroît de 1,1% pour ceux âgés de 50 ans ou plus (+0,6% sur un mois et +4,6% sur un an).

+1,4% dans les Bouches-du-Rhône

Les évolutions du nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A se situent entre +0,3% dans les Alpes-Maritimes et +3,6% dans les Hautes-Alpes pour les évolutions sur trois mois. Sur un mois, cette hausse est de +0,5% dans le Var, de +1,4% dans les Bouches-du-Rhône et de +3,5 % dans les Hautes-Alpes.

SOURCE

« OUI TARASCON » N°5 arrive dans vos boîtes aux lettres !

Jeudi 5 novembre 2015

  »OUI TARASCON » n°5 le trimestriel de réinformation des Tarasconnais ! (sept-oct-nov)

oui une

Cliquez sur l’image ci-dessus pour télécharger le OUI TARASCON N°5

Valérie LAUPIES (FN) : « L’entreprise Véolia et ses salariés n’ont pas à faire les frais des mauvais choix politiques de l’ACCM et de son Président socialiste M.Vulpian. »

Jeudi 15 octobre 2015
Valérie LAUPIES (FN)  le 14 octobre au conseil communautaire ACCM

Valérie LAUPIES (FN) le 14 octobre au conseil communautaire ACCM

Intervention le 14 octobre de Valérie LAUPIES (FN) sur la gestion de l’eau dans le territoire ACCM

Ayant entendu et analysé votre point de vue, M. le Président, ainsi que le point de vue de l’ensemble des  protagonistes du service de l’eau et de l’assainissement sur notre territoire ACCM (représentants du personnel et du groupement Véolia-SEM-SEA), notre groupe se prononcera CONTRE le choix du délégataire retenu pour les raisons suivantes :

- nous n’avons pu participer à la commission des marchés de DSP puisque nous en sommes écartés, par conséquent nous n’avons pu orienter les négociations

- vous avez fait le choix du low-cost, du moins-disant, ce qui signifie un moindre service. Nous sommes opposés à ce choix dans l’intérêt des usagers qui sans aucun doute devront payer à terme la compensation du service non rendu

- comme l’ont dit les précédents intervenants, l’absence d’engagement écrit concernant la pérennité des emplois et des acquis sociaux du personnel Véolia / SEA au service de notre territoire fait que nous ne pouvons voter en toute transparence

- d’autre part, il me semble très risqué sur un territoire particulièrement tributaire du PPRI de laisser gérer le problème de l’eau à une entreprise low-cost qui n’a pas de véritable  connaissance de la problématique de terrain

 

Ce qui me paraît toutefois le plus important d’exprimer aujourd’hui, c’est l’analyse du système qui nous a mené dans cette impasse.

En effet, le projet de réforme territoriale et l’Acte III de décentralisation oblige le transfert de compétences eau et assainissement aux communautés de communes. Or, l’harmonisation du territoire en la matière est très coûteuse. Le rapport de la CRC (Cours Régionale des Comptes) stipule que les coûts d’investissements afférant à cette harmonisation sont importants et à terme, l’intercommunalité devra surtaxer  les communes hors Arles. Que pouvez-vous nous dire de ces taxes au terme de l’harmonisation du territoire, M. le Président ?

- dans le projet que vous venez de nous exposer, il semble que vous faites peser le problème du coût de l’harmonisation territoriale à l’entreprise Véolia / SEA. Or, c’est bien le modèle intercommunal qui est en cause et nullement l’entreprise. Celle-ci n’a donc pas à faire les frais de mauvais choix politiques.

Autrement dit, si l’harmonisation forcée ne coûtait pas si cher, vous ne seriez pas acculé au low-cost.

Nous voyons bien que le modèle intercommunal est synonyme de prestations à moindre coût, donc de baisse de service, donc de dégradation de l’ économie et de l’emploi.

En cela, il est contraire à vos engagements de début de mandat où vous nous affirmiez votre détermination à développer économiquement notre territoire

Décidément, il serait injuste de sacrifier une entreprise et des emplois sur l’autel d’un modèle structurel pervers, d’autant plus que les usagers en feraient les frais à terme même si vous le réfutez dans ce rapport.

Budget 2016 : budget de soumission à l’Union européenne et à l’immigration

Samedi 3 octobre 2015

marine le pen jolie

Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Le budget présenté ce jour en Conseil des Ministres suit la longue liste des budgets UMPS marqués du sceau de l’insincérité et de Bruxelles.

Insincérité en ce qu’il continue d’être calculé sur les bases d’une croissance économique irréaliste, estimée à 1,5% en 2016, ce qui, de l’aveu même du Haut conseil des finances publiques, est une estimation qui ne peut être qualifiée de « prudente ». On rappelle ainsi que la croissance au deuxième trimestre 2015 a été de 0% et que les prévisions de croissance dans le monde sont plus pessimistes que jamais.

En outre, dans le contexte actuel d’explosion du chômage, prévoir un boom de l’investissement et de la consommation des ménages en 2016 relève de la fantaisie pure. Pas plus que l’investissement n’avait redémarré en 2015 à la suite du pacte de compétitivité, il ne redémarrera pas en 2016 du fait d’un manque structurel de débouchés.

Car l’austérité bruxelloise, elle, continue. Encore 16 milliards de réductions aveugles de dépenses publiques imposées par l’Union européenne en 2016, qui vont contracter toujours plus l’activité et frapper les plus fragiles d’entre nous, notamment les petites retraites. C’est d’autant plus inadmissible que dans le même temps les économies sur les gaspillages et la mauvaise dépense publique ne sont pas faites, qu’on parle d’immigration, de fraude sociale et fiscale, ou des coûts liés à la fusion des régions.

Cette austérité délétère est en plus parsemée d’injustices criantes. C’est ainsi que les APL vont être réduites de 225 millions d’euros pour financer l’accueil des migrants : un arbitrage scandaleux au détriment des plus modestes ! Dans le même temps, la contribution française à l’Union européenne devrait atteindre des sommets à plus de 22 milliards d’euros l’année prochaine.

Au final, les mêmes politiques produisant les mêmes effets, la seule prévision qui se réalisera en 2016 est bien celle de l’augmentation de la dette publique qui devrait atteindre un record à 96,5% du PIB.

Le Front National condamne ce budget de soumission à Bruxelles et à l’immigration. Plus un euro ne doit aller à l’Union européenne qui nous impose une politique anti-économique et anti-sociale et des dépenses supplémentaires par sa folle politique d’immigration massive.

A défaut de lutter contre le chômage, le gouvernement lutte contre les chômeurs !

Mardi 29 septembre 2015

chomagebassedef.jpg

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen

A défaut de lutter contre le chômage et de permettre aux entreprises de créer des emplois, le gouvernement de Manuel Valls a décidé de remettre en cause la qualité de « demandeur d’emploi » sous prétexte de contrôle renforcé contre la fraude. Alors que les chiffres du chômage en août explosent (20 000 demandeurs d’emploi supplémentaires), la mise en place de ce dispositif de flicage des personnes à la recherche d’un travail ne vise en réalité qu’un objectif : procéder à des radiations administratives massives afin de maquiller le bilan économique et social calamiteux de l’État PS.

En stigmatisant ainsi les chômeurs, Manuel Valls et son ministre de l’économie Emmanuel Macron tentent de masquer l’échec absolu de la politique d’austérité généralisée. Rappelons que François Hollande lui-même ne se déclarait pourtant pas favorable à un renforcement du contrôle des chômeurs. En février 2012, en pleine campagne présidentielle, il s’opposait ainsi au « référendum sur l’indemnisation des chômeurs », proposé par Nicolas Sarkozy. « Il n’est jamais utile pour un président sortant, qui est en échec, de s’en prendre aux plus fragiles », déclarait-il…

Ce revirement est donc très révélateur. L’UMP comme le PS étant incapables d’apporter des réponses crédibles et durables au chômage de masse qui frappe les Français, le recours aux petites tactiques administratives pour harceler les demandeurs d’emploi et ainsi truquer les chiffres du chômage est devenu la méthode habituelle du gouvernement.

Pour en finir avec ces pratiques honteuses et créer des emplois, le Front National demande qu’un changement radical de cap ait lieu afin de redonner à la France des armes économiques et monétaires pour peser dans la mondialisation sauvage et redonner des marges de manœuvre à nos TPE et PME, affaiblies par l’explosion des charges sociales, fiscales et réglementaires. Cela ne sera possible que si nous retrouvons notre souveraineté politique, aujourd’hui confisquée par Bruxelles.

Tarascon : Les salariés de Veolia et de la SEA en colère !

Mardi 8 septembre 2015

Les salariés de Véolia et de la SEA voient leurs entreprises retirées du marché de délégation de l’eau par l’intercommunalité « Arles Crau Camargue Montagnette » [ACCM].

Elles seraient remplacées par une entreprise low cost, ce qui veut dire une perte considérable dans la qualité des services pour les clients-usagers, mais aussi des emplois perdus….

Image de prévisualisation YouTube

Record du nombre de contrats précaires en France

Mardi 2 juin 2015

86 % des embauches se font en contrat à durée déterminée. Un signe de la précarisation du marché du travail :

Le chômage bat un nouveau record en avril

Mardi 2 juin 2015

C’est un nouveau record : le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité a bondi en avril (+ 26 200 personnes, soit + 0,7 %), pour atteindre un nouveau record de 3,53 millions en métropole. En incluant les chômeurs ayant eu une petite activité, la hausse est d’une ampleur inédite depuis 2013 (+ 54 100, + 1 %). Un total de 5,34 millions de personnes, 5,64 avec l’outre-mer, cherchent désormais du travail, du jamais-vu.

Mais c’est un autre chiffre qui devrait faire grincer des dents à l’Elysée.Depuis la prise de fonction de François Hollande en mai 2012, le nombre de demandeurs d’emploi a en effet connu une hausse de 21%, soit 614.000 personnes venues garnir les rangs de Pôle emploi. Le tout alors que l’inversion de la courbe du chômage, promise pour 2013, se fait toujours attendre.

Maigre lot de consolation pour le chef de l’Etat: Nicolas Sarkozy, son prédécesseur, n’a pas fait mieux. Durant ses trois premières années de mandat, le nombre des demandeurs d’emplois en catégorie A avait progressé de plus de 25%.

bfmtv 
Sur un an, ce nombre a augmenté de 5,1 %. Les chômeurs en activité réduite (catégories B et C), quant à eux, ont vu leur nombre grimper de 1,9 % pour les catégories B et 1,4 % pour la catégorie C, s’établissant à 1 808 600 de personnes. Au total, le nombre de chômeurs en catégories A, B et C s’élève à 5,34 millions en France métropolitaine fin avril, en hausse de 1 % (+ 54 100 personnes) par rapport à la fin mars et de 7,1 % sur un an. Les jeunes et les seniors sont particulièrement touchés. Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A de moins de 25 ans a grimpé de 0,8 %, tandis que celui des 50 ans ou plus a augmenté de 0,9 %. Ce sont les femmes de plus de 50 ans qui paient le plus lourd tribut (+ 1 %).

Le ministre du Travail, François Rebsamen, a annoncé lundi « 100 000 contrats aidés supplémentaires » en 2015 pour faire face à la hausse continue du chômage. La politique de l’emploi « sera intensifiée d’abord avec un renfort de 100 000 contrats aidés supplémentaires » et « 60 000 demandeurs d’emploi supplémentaires en formation », annonce-t-il dans un communiqué. « La croissance économique enregistrée au premier trimestre (+ 0,6 %), dynamisée par la montée en charge du pacte de responsabilité et de solidarité, a été plus forte que la moyenne de la zone euro. Il faut toutefois un délai de plusieurs mois avant que la reprise de l’activité ne se traduise par des embauches« , fait valoir François Rebsamen. [...]

Le Point

Florian Philippot sur BFM-TV et RMC

Mercredi 27 mai 2015

Florian Philippot, Vice-président du Front National, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFM-TV et RMC.

Croissance française: l’illusion des chiffres

Dimanche 17 mai 2015

Bernard Monot

Communiqué de presse de Bernard Monot, Député français au Parlement Européen, Stratégiste économique du Front National

Le Gouvernement a annoncé que la croissance économique française serait au moins égale à 1% annualisé en 2015, et qu’elle s’établit à 0,6% au premier trimestre.
Ces chiffres, en apparence encourageants, doivent immédiatement être nuancés.

Car l’emploi dans le secteur marchand a, lui, encore reculé de 0,1% au premier trimestre. Le contenu en emplois de la croissance économique est donc nul.

Plus encore, il faut rappeler que le mode de calcul du PIB a été modifié pour intégrer progressivement l’économie sous-terraine (criminelle), c’est à dire les trafics ou la prostitution, ce qui relève mécaniquement la croissance sans réelle amélioration de l’activité.

Cette timide éclaircie est donc en trompe l’œil, fruit d’une conjonction de la baisse des prix du pétrole et de l’euro, des taux bas et de tripatouillages comptables du PIB, selon la norme Eurostat ESA 2010.

Malheureusement, comme le Front National le dénonce, les Français ne ressentent en rien dans leur quotidien une amélioration concrète, que ce soit pour leur travail ou leur pouvoir d’achat.

Michel Sapin : «Pas de baisse du chômage avant 2016»

Jeudi 9 avril 2015

Le chômage ne devrait baisser en France qu’à partir de 2016, déclare le ministre des Finances dans une interview publiée jeudi par Le Figaro.

« Cette prudence est un choix délibéré qui vise à redonner à la France toute sa crédibilité ».

 

Michel Sapin, qui avait prédit comme le président François Hollande une inversion de la courbe du chômage fin 2013, jamais concrétisée, se montre également très prudent en ce qui concerne les prévisions de croissance de l’activité.

« Si la croissance prévue est au rendez-vous, l’économie devrait recréer des emplois de manière significative à partir de 2016 et en 2017« , déclare-t-il.

Selon les dernières prévisions de l’Insee ( ), le taux de chômage continuera d’augmenter en France au rythme de 0,1 point par trimestre en 2015 pour atteindre au 30 juin 10,2% en métropole (10,4% en incluant l’Outre-mer).

Michel Sapin table sur un redressement « rapide et puissant » du taux de marge des entreprises, notamment grâce aux mesures annoncées mercredi par le Premier ministre, Manuel Valls, en faveur de l’investissement ( ), qui devrait, selon lui, effectuer un « rebond marqué » en 2016. [...]

reuters

La discrimination positive dans l’accès à la fonction publique officialisée

Samedi 7 mars 2015

Marine Le Pen

D’ailleurs, ce 6 mars, Manuel Valls a reçu de la part d’un député socialiste Philippe Doucet « 24 propositions » dont la très explicite numéro 20 : « Tripler en cinq ans le nombre de fonctionnaires de police issus de l’immigration »…

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

L’énième plan Banlieues présenté hier par Manuel Valls ne laissera aucun souvenir et sera sans effet tant il reprend les poncifs traditionnels de la politique de la ville, pourtant en échec depuis des années. Il ne fera que renforcer le sentiment de millions de Français d’être en dehors des écrans radars de l’UMPS, car n’habitant pas dans les quartiers et les banlieues dignes d’intérêt pour la caste.

Une annonce attire cependant notre attention, au sujet des recrutements dans la fonction publique. Manuel Valls a en effet déclaré que « l’Etat, la fonction publique doivent être à l’image de ce qu’est la réalité du pays », ajoutant « l’accès au concours doit donc être beaucoup plus ouvert et diversifié ».

Derrière ces déclarations assez floues, il y a clairement l’idée d’un renforcement de la discrimination positive, qui vise à créer des passe-droits et des passerelles en fonction de critères personnels, comme l’origine ethnique ou le lieu d’habitation par exemple, et non pas selon le mérite comme l’exigent les principes de notre République. Il y a quelques années sous l’UMP, la discrimination positive a fait son entrée dans la fonction publique en contournant le concours via le dispositif PACTE notamment. On sait que Nicolas Sarkozy est un grand admirateur de ce concept multiculturel anglo-saxon. Le gouvernement actuel, comme l’avait avoué il y a plusieurs semaines le ministre de la Ville Kanner, veut renforcer cette politique.
D’ailleurs, ce 6 mars, Manuel Valls a reçu de la part d’un député socialiste Philippe Doucet « 24 propositions » dont la très explicite numéro 20 : « Tripler en cinq ans le nombre de fonctionnaires de police issus de l’immigration »…

Cette orientation est clairement anti-républicaine. Quand il y a discrimination positive pour certains, il y a nécessairement discrimination négative pour d’autres. L’idée de Philippe Doucet consiste en outre à faire un tri entre les Français puisque l’accès à la police nationale n’est ouvert qu’aux nationaux français : il y aurait donc d’un côté les « bons Français », issus de l’immigration et qu’on devra recruter prioritairement, et de l’autre les « mauvais Français », non issus de l’immigration et donc discriminés. Cette politique délétère, contraire à tous les principes républicains, précipiterait l’explosion du communautarisme dans notre pays, et créerait un climat de tension terrifiant.

Marine Le Pen demande au président de la République de condamner explicitement toute forme de discrimination positive quitte à recadrer ses ministres, et au gouvernement de renoncer à ses projets.

C’est une politique de fond qu’il faut mener, en changeant radicalement de politique européenne et économique pour recréer de l’emploi pour les jeunes, en redressant l’Ecole par le mérite et la discipline, et en luttant contre le communautarisme par l’arrêt de l’immigration légale et illégale et la réaffirmation des valeurs de notre pays.

La Provence : « Canton de Châteaurenard : le Front National mise sur les électeurs des campagnes »

Vendredi 27 février 2015

La Provence :

Photo Valérie Farine – La Provence

Dans sa « vision programmatique », Frédéric Laupies se posait « contre l’austérité » et « le clientélisme », mais aussi en défenseur des services publics de proximité. 

La Provence 27/02/2015 – P2

Marine Le Pen hier au Salon de l’agriculture, c’est un peu le symbole du public que vise le Front national pendant cette campagne des départementales. Mercredi soir, dans son local du boulevard Victor-Hugo à Tarascon, Frédéric Laupies, candidat frontiste, n’avait pas un autre discours dans un canton rural, où le Front national est arrivé en tête dans chacune des communes aux dernières européennes. À Graveson, « 3 900 habitants et 69 exploitations agricoles« , Jean-Marie Le Pen avait convaincu 47,5 % des électeurs. D’où l’idée, peut-être, de choisir une colistière, Françoise Terminet, qui vit dans ce village.

Sans abandonner ses thèmes de campagne traditionnels (immigration, insécurité), le candidat tarasconnais tentait de calquer ses propositions sur les compétences du Conseil général. Aux côtés de son épouse, également conseillère régionale Paca, il se posait tout d’abord en défenseur du Département face aux… « hyper-régions » et un « UMPS » qui voudrait « le sacrifier au profit des intercommunalités et régions« . Autres propositions : « Préserver la dignité des personnes âgées » avec l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie) ; « plus de dynamisme » à la Maison départementale des personnes handicapées ; une lutte « contre la fraude au RSA » également, …/….

Dans sa « vision programmatique », Frédéric Laupies se posait « contre l’austérité » et « le clientélisme« , mais aussi en défenseur des services publics de proximité. 

Lire l’intégralité de l’article de Sylvain Pignol sur La Provence en ligne …

Redif’ – Marine LE PEN : Les agriculteurs français souffrent inutilement de l’embargo russe

Lundi 23 février 2015

Intervention de Marine Le Pen au Parlement européen le 24 septembre 2014.

Image de prévisualisation YouTube
12345...11