Archive de la catégorie ‘économie’

ACCM : Communiqué de Jean-Pierre Magini (FN) sur la délégation publique du service de l’eau

Jeudi 15 octobre 2015

DSC_0006b

Intervention de Jean-Pierre Magini (FN), Conseiller municipal d’Arles, Conseiller communautaire ACCM.

Conseil communautaire ACCM du 14 octobre 2015,

A l’ordre du jour de ce Conseil, deux projets de délibération relatifs au choix du délégataire du service de l’eau potable et du service de l’assainissement dont le bien fondé reste à démontrer.

En effet, l’examen du dossier fait ressortir, entre autres, des lacunes et des interrogations, dans les domaines économiques et financiers mais aussi sur les plans technique et social.

Handicapée lourdement par une dette de près de 2 milliards d’euros, la SAUR, délégataire proposé, a été contrainte en 2013 de restructurer sa dette en passant sous le contrôle de ses créanciers, principalement les banques BNP Paribas et BPCE. Ceci afin d’éviter la mise en redressement judiciaire, autrement dit, la faillite.

Dans le même temps, sur la période 2012 à 2014, quatre dirigeants opérationnels se sont succédés à la tête de l’entreprise ! Il y a mieux en matière de stabilité et de stratégie, sans parler de la pression que cette situation a dû faire peser sur l’ensemble des parties prenantes.

Dans ce contexte peut-on être assuré qu’il y a une réelle objectivité dans les réponses aux appels d’offre, qu’il n’y a pas minoration de la marge nécessaire pour assurer une prestation de qualité et son maintien ?

Il faut également souligner qu’il n’entre pas dans la vocation des banques de prendre de telles participations. Ce ne peut être que provisoire.

Les banques vont donc se désengager au plus tôt en fonction des opportunités qui se présenteront. A ce titre, a été évoquée au mois de mai 2015 le rachat de la SAUR par le groupe espagnol de construction et de services FCC. Information aussitôt démentie par la SAUR et FCC. Mais la SAUR est-elle maître de son destin ? On peut en douter.

Ce n’est donc que partie remise. C’est pourquoi, dans l’hypothèse où un investisseur étranger proposerait et obtiendrait la possibilité de racheter la SAUR, choisir ce délégataire aujourd’hui reviendrait à favoriser un prestataire étranger au détriment de nos propres entreprises. Il y a mieux en matière d’attribution d’un marché public, la préférence nationale doit-être privilégiée. Ce risque n’est pas à écarter pour notre collectivité territoriale.

Par ailleurs, le remplacement des anciens branchements en plomb pour la distribution d’eau potable n’est pas évoqué dans le dossier. C’est une obligation légale qui devait être respectée depuis le 25 décembre 2013.

La toxicité du plomb est largement connue, que ce soit pour la consommation humaine ou la pollution potentielle des nappes phréatiques.

Reste-t-il à ce jour des branchements à remplacer dans le domaine public ? Si oui, combien ? Qui supportera le coût ? Ce coût, dépose des branchements et remplacement, peut être évalué à 1 100 euros par compteur.

Enfin, dans une région sinistrée par un taux de chômage historique, près de 20 %, une collectivité publique peut-elle envisager d’aggraver cette situation ?

Cette interrogation se pose pour la Société des Eaux d’Arles qui compte 90 personnes environ. La structure de cette entreprise est adaptée aujourd’hui au besoin en termes de moyens, humains et matériels. Dans l’hypothèse où la DSP serait attribué à la SAUR, que deviendraient la partie privée de la SEA qui compte 25 personnes ?

Les besoins en moyens, structures, ne seront plus les mêmes que ce soit pour l’encadrement ou les moyens matériels. Un outil de travail adapté pour 90 personnes ne l’est pas pour 25, il est surdimensionné. L’équilibre d’exploitation ne peut être assuré dans ce contexte.

Pour toutes ces raisons, et en l’état des informations portées à ce jour à notre connaissance, notre groupe s’opposera au choix de ce délégataire.

Valérie LAUPIES (FN) : « L’entreprise Véolia et ses salariés n’ont pas à faire les frais des mauvais choix politiques de l’ACCM et de son Président socialiste M.Vulpian. »

Jeudi 15 octobre 2015
Valérie LAUPIES (FN)  le 14 octobre au conseil communautaire ACCM

Valérie LAUPIES (FN) le 14 octobre au conseil communautaire ACCM

Intervention le 14 octobre de Valérie LAUPIES (FN) sur la gestion de l’eau dans le territoire ACCM

Ayant entendu et analysé votre point de vue, M. le Président, ainsi que le point de vue de l’ensemble des  protagonistes du service de l’eau et de l’assainissement sur notre territoire ACCM (représentants du personnel et du groupement Véolia-SEM-SEA), notre groupe se prononcera CONTRE le choix du délégataire retenu pour les raisons suivantes :

- nous n’avons pu participer à la commission des marchés de DSP puisque nous en sommes écartés, par conséquent nous n’avons pu orienter les négociations

- vous avez fait le choix du low-cost, du moins-disant, ce qui signifie un moindre service. Nous sommes opposés à ce choix dans l’intérêt des usagers qui sans aucun doute devront payer à terme la compensation du service non rendu

- comme l’ont dit les précédents intervenants, l’absence d’engagement écrit concernant la pérennité des emplois et des acquis sociaux du personnel Véolia / SEA au service de notre territoire fait que nous ne pouvons voter en toute transparence

- d’autre part, il me semble très risqué sur un territoire particulièrement tributaire du PPRI de laisser gérer le problème de l’eau à une entreprise low-cost qui n’a pas de véritable  connaissance de la problématique de terrain

 

Ce qui me paraît toutefois le plus important d’exprimer aujourd’hui, c’est l’analyse du système qui nous a mené dans cette impasse.

En effet, le projet de réforme territoriale et l’Acte III de décentralisation oblige le transfert de compétences eau et assainissement aux communautés de communes. Or, l’harmonisation du territoire en la matière est très coûteuse. Le rapport de la CRC (Cours Régionale des Comptes) stipule que les coûts d’investissements afférant à cette harmonisation sont importants et à terme, l’intercommunalité devra surtaxer  les communes hors Arles. Que pouvez-vous nous dire de ces taxes au terme de l’harmonisation du territoire, M. le Président ?

- dans le projet que vous venez de nous exposer, il semble que vous faites peser le problème du coût de l’harmonisation territoriale à l’entreprise Véolia / SEA. Or, c’est bien le modèle intercommunal qui est en cause et nullement l’entreprise. Celle-ci n’a donc pas à faire les frais de mauvais choix politiques.

Autrement dit, si l’harmonisation forcée ne coûtait pas si cher, vous ne seriez pas acculé au low-cost.

Nous voyons bien que le modèle intercommunal est synonyme de prestations à moindre coût, donc de baisse de service, donc de dégradation de l’ économie et de l’emploi.

En cela, il est contraire à vos engagements de début de mandat où vous nous affirmiez votre détermination à développer économiquement notre territoire

Décidément, il serait injuste de sacrifier une entreprise et des emplois sur l’autel d’un modèle structurel pervers, d’autant plus que les usagers en feraient les frais à terme même si vous le réfutez dans ce rapport.

Budget 2016 : budget de soumission à l’Union européenne et à l’immigration

Samedi 3 octobre 2015

marine le pen jolie

Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Le budget présenté ce jour en Conseil des Ministres suit la longue liste des budgets UMPS marqués du sceau de l’insincérité et de Bruxelles.

Insincérité en ce qu’il continue d’être calculé sur les bases d’une croissance économique irréaliste, estimée à 1,5% en 2016, ce qui, de l’aveu même du Haut conseil des finances publiques, est une estimation qui ne peut être qualifiée de « prudente ». On rappelle ainsi que la croissance au deuxième trimestre 2015 a été de 0% et que les prévisions de croissance dans le monde sont plus pessimistes que jamais.

En outre, dans le contexte actuel d’explosion du chômage, prévoir un boom de l’investissement et de la consommation des ménages en 2016 relève de la fantaisie pure. Pas plus que l’investissement n’avait redémarré en 2015 à la suite du pacte de compétitivité, il ne redémarrera pas en 2016 du fait d’un manque structurel de débouchés.

Car l’austérité bruxelloise, elle, continue. Encore 16 milliards de réductions aveugles de dépenses publiques imposées par l’Union européenne en 2016, qui vont contracter toujours plus l’activité et frapper les plus fragiles d’entre nous, notamment les petites retraites. C’est d’autant plus inadmissible que dans le même temps les économies sur les gaspillages et la mauvaise dépense publique ne sont pas faites, qu’on parle d’immigration, de fraude sociale et fiscale, ou des coûts liés à la fusion des régions.

Cette austérité délétère est en plus parsemée d’injustices criantes. C’est ainsi que les APL vont être réduites de 225 millions d’euros pour financer l’accueil des migrants : un arbitrage scandaleux au détriment des plus modestes ! Dans le même temps, la contribution française à l’Union européenne devrait atteindre des sommets à plus de 22 milliards d’euros l’année prochaine.

Au final, les mêmes politiques produisant les mêmes effets, la seule prévision qui se réalisera en 2016 est bien celle de l’augmentation de la dette publique qui devrait atteindre un record à 96,5% du PIB.

Le Front National condamne ce budget de soumission à Bruxelles et à l’immigration. Plus un euro ne doit aller à l’Union européenne qui nous impose une politique anti-économique et anti-sociale et des dépenses supplémentaires par sa folle politique d’immigration massive.

A défaut de lutter contre le chômage, le gouvernement lutte contre les chômeurs !

Mardi 29 septembre 2015

chomagebassedef.jpg

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen

A défaut de lutter contre le chômage et de permettre aux entreprises de créer des emplois, le gouvernement de Manuel Valls a décidé de remettre en cause la qualité de « demandeur d’emploi » sous prétexte de contrôle renforcé contre la fraude. Alors que les chiffres du chômage en août explosent (20 000 demandeurs d’emploi supplémentaires), la mise en place de ce dispositif de flicage des personnes à la recherche d’un travail ne vise en réalité qu’un objectif : procéder à des radiations administratives massives afin de maquiller le bilan économique et social calamiteux de l’État PS.

En stigmatisant ainsi les chômeurs, Manuel Valls et son ministre de l’économie Emmanuel Macron tentent de masquer l’échec absolu de la politique d’austérité généralisée. Rappelons que François Hollande lui-même ne se déclarait pourtant pas favorable à un renforcement du contrôle des chômeurs. En février 2012, en pleine campagne présidentielle, il s’opposait ainsi au « référendum sur l’indemnisation des chômeurs », proposé par Nicolas Sarkozy. « Il n’est jamais utile pour un président sortant, qui est en échec, de s’en prendre aux plus fragiles », déclarait-il…

Ce revirement est donc très révélateur. L’UMP comme le PS étant incapables d’apporter des réponses crédibles et durables au chômage de masse qui frappe les Français, le recours aux petites tactiques administratives pour harceler les demandeurs d’emploi et ainsi truquer les chiffres du chômage est devenu la méthode habituelle du gouvernement.

Pour en finir avec ces pratiques honteuses et créer des emplois, le Front National demande qu’un changement radical de cap ait lieu afin de redonner à la France des armes économiques et monétaires pour peser dans la mondialisation sauvage et redonner des marges de manœuvre à nos TPE et PME, affaiblies par l’explosion des charges sociales, fiscales et réglementaires. Cela ne sera possible que si nous retrouvons notre souveraineté politique, aujourd’hui confisquée par Bruxelles.

Conseil municipal de TARASCON – 23/09/2015 : Sur la baisse de la dotation de l’Etat aux communes [vidéo]

Vendredi 25 septembre 2015
Image de prévisualisation YouTube

Ces économies qui ne sont pas faites !

Samedi 19 septembre 2015

economie

Marine Le Pen réagit à la croissance nulle au 2ème trimestre 2015

Vendredi 14 août 2015

Marine-Le-Pen_pics_809

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Les grandes proclamations du gouvernement sur la supposée reprise, à coups de tambour et au son de la trompette tous les quatre matins, n’y auront rien fait : la France est engluée dans la crise, et la croissance de son économie fut très mauvaise au deuxième trimestre 2015, à 0% selon l’INSEE.

Malheureusement rien de surprenant à ce chiffre nul : les mêmes causes entraînant les mêmes effets, les mêmes politiques de l’UMPS depuis des années entraînent les mêmes échecs économiques et sociaux. Un pays qui ne maîtrise plus rien du fait de sa soumission à l’Union Européenne n’a pas les moyens de soutenir l’innovation, la croissance et l’emploi, alors qu’il doit affronter la concurrence féroce de pays du monde qui sont plus libres et mieux armés.

Les gouvernements successifs ont vendu les uns après les autres la France à la découpe : frontières supprimées au bénéfice du libre-échange intégral et de l’immigration de masse, monnaie nationale sacrifiée au nom d’un euro en totale déconfiture, patriotisme économique interdit comme le constatent amèrement en ce moment nos agriculteurs…

Marine Le Pen demande que la France retrouve sa souveraineté économique pour se battre à armes égales dans la mondialisation sauvage : des frontières, une monnaie nationale, un patriotisme économique assumé, un soutien massif à nos PME PMI. Cette politique de reconquête, de réindustrialisation et d’innovation sera la seule capable de rompre avec l’austérité, et donc l’hyper fiscalité insupportable et injuste.

Salon du Bourget : La France qui gagne sans Bruxelles

Samedi 20 juin 2015

marine le pen lyon 2

Communiqué de presse de Marine Le Pen

La 51e édition du Salon international de l’aéronautique et de l’espace est la vitrine des plus belles réussites de l’industrie aéronautique et spatiale française dont l’une des figures de proue est Le Rafale de Dassault qui fait la fierté de tous nos compatriotes. Ce salon du Bourget 2015 en apporte une nouvelle fois la confirmation, la France est toujours un grand acteur industriel mondial.

Il met également l’accent sur les succès des coopérations industrielles entre entreprises européennes ayant mis en commun le meilleur de leur savoir-faire et de leurs compétences propres. L’Europe de l’industrie aérospatiale n’est nullement le fait de l’Europe technocratique de Bruxelles. Mieux, elle est la preuve a contrario que la seule Europe qui réussit est celle des coopérations inter-étatiques volontaires et pragmatiques. Celle de la liberté pour chaque nation de s’associer avec ses voisins pour édifier de grands projets partagés.

De même, pour reprendre la citation du Général de Gaulle, pour qui Goethe, Cervantès et Chateaubriand étaient européens parce qu’ils exprimaient respectivement le génie allemand, espagnol, français, Ariane et Airbus doivent leurs succès aux compétences respectives et uniques de l’Espagnol Casa, du Français Aérospatiale, de l’Allemand Daimler, du Britannique British Aerospace… La négation des identités nationales prônée par l’Europe de Bruxelles est une dramatique impasse industrielle et économique. Seule la préservation de nos souverainetés, de nos talents et de nos compétences complémentaires, pourra assurer aux peuples européens la croissance et le progrès.

Je serai présente au Salon du Bourget tout cet après-midi pour soutenir les professionnels du ciel.

E. Ferrand, P. Claeys et L. de Danne évoquent les questions internationales

Vendredi 12 juin 2015

Edouard Ferrand, député français et chef de la délégation FN/RBM du Parlement européen, Philip Claeys, ancien parlementaire et membre du Vlaams Belang et Ludovic de Danne, conseiller de Marine Le Pen sur les affaires européennes et internationales, reviennent sur les récentes questions internationales.
Ils y évoquent notamment la Turquie et le recul de l’AKP islamiste d’Erdogan, la Russie, le Non des peuples contre les institutions européennes lors du Référendum européen, les récentes victoires patriotiques en Italie et en Autriche.

Image de prévisualisation YouTube

Bientôt sur ce blog : Va t-on assister à la grande braderie du patrimoine tarasconnais ?

Mercredi 10 juin 2015
Image de prévisualisation YouTube

Florian Philippot sur Radio Classique / LCI

Mardi 2 juin 2015

Florian Philippot, Vice-président du Front National, était l’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique / LCI.

http://www.dailymotion.com/video/x2se19q

4 200 clandestins ont été débarqués vendredi sur les côtes italiennes

Mardi 2 juin 2015

Image de prévisualisation YouTube

Quelque 4200 migrants ont été secourus en Méditerranée vendredi, ont annoncé les gardes-côtes italiens qui coordonnent le sauvetage, tandis que 17 cadavres ont été retrouvés sur plusieurs embarcations de fortune.

Le total des personnes secourues en 24 heures est l’un des plus élevés de ces dernières années, mais les gardes-côtes n’étaient pas en mesure de préciser s’il s’agissait d’un record. Jusqu’à présent, les journées les plus chargées de cette année avaient vu le sauvetage de 3 791 migrants le 12 avril et 3 690 le 2 mai.

« Cela fonctionne beaucoup par vagues. Il peut y avoir plusieurs jours sans rien, puis de nombreuses arrivées d’un coup », a expliqué à l’AFP Flavio di Giacomo, porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Italie.

Les appels au secours sont venus de 22 embarcations différentes, essentiellement au large de la Libye mais aussi au sud des côtes italiennes.

Les cadavres ont été retrouvés dans trois canots pneumatiques différents, à bord desquels se trouvaient également plus de 300 migrants en vie, selon le compte Twitter de la marine italienne.

Contacté par l’AFP, le service de presse de la marine n’était pas en mesure de dire ce qui avait pu provoquer les décès.

Les gardes-côtes insistent régulièrement sur les conditions « extrêmes » endurées par les migrants : déshydratation, alternance de chaleur et de froid, violences subies avant le départ ou pendant la traversée.

De nombreux migrants meurent également asphyxiés par des émanations des moteurs quand ils voyagent dans la soute d’un bateau de pêche, mais cela n’arrive pas sur les canots.

Les opérations de secours de vendredi ont impliqué au moins quatre bâtiments de la marine militaire italienne, des bateaux des gardes-côtes et de la police douanière, ainsi que des navires militaires irlandais et allemand, des navires étrangers engagés dans l’opération européenne Triton et des cargos déroutés.

Chaque opération peut prendre plusieurs heures, le temps de transporter les migrants de leur embarcation de fortune vers le bateau des secours. Même par temps calme, la manoeuvre est toujours risquée, surtout en début d’intervention, quand le moindre mouvement sur le bateau surchargé peut faire chavirer toute l’embarcation.

Jeudi, plus de 700 migrants avaient été secourus en Méditerranée, dont la moitié par un porte-hélicoptère britannique.

Depuis le début de l’année, plus de 40 400 immigrés clandestins ont débarqué en Italie, mais environ 1770 hommes, femmes et enfants sont morts ou disparus en tentant la traversée, selon le dernier bilan de l’OIM, qui ne prend pas encore en compte les personnes secourues vendredi.

Ces arrivées, même massives, restent du niveau de l’année dernière en Italie, où les autorités avaient enregistré 41 243 arrivées entre le 1er janvier et le 31 mai 2014.

La différence se fait surtout sentir en Grèce, où quelque 37 000 arrivées ont été enregistrées depuis le début de l’année, soit déjà 3000 de plus que sur l’ensemble de l’année 2014, selon M. di Giacomo.

Mercredi, la Commission européenne a demandé aux États membres de l’UE de prendre en charge 40 000 demandeurs d’asile originaires de Syrie et d’Érythrée arrivés en Italie et Grèce, en signe de solidarité avec Rome et Athènes, mais la démarche suscite de très sérieuses réserves, en particulier en France.

 

Record du nombre de contrats précaires en France

Mardi 2 juin 2015

86 % des embauches se font en contrat à durée déterminée. Un signe de la précarisation du marché du travail :

Le chômage bat un nouveau record en avril

Mardi 2 juin 2015

C’est un nouveau record : le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité a bondi en avril (+ 26 200 personnes, soit + 0,7 %), pour atteindre un nouveau record de 3,53 millions en métropole. En incluant les chômeurs ayant eu une petite activité, la hausse est d’une ampleur inédite depuis 2013 (+ 54 100, + 1 %). Un total de 5,34 millions de personnes, 5,64 avec l’outre-mer, cherchent désormais du travail, du jamais-vu.

Mais c’est un autre chiffre qui devrait faire grincer des dents à l’Elysée.Depuis la prise de fonction de François Hollande en mai 2012, le nombre de demandeurs d’emploi a en effet connu une hausse de 21%, soit 614.000 personnes venues garnir les rangs de Pôle emploi. Le tout alors que l’inversion de la courbe du chômage, promise pour 2013, se fait toujours attendre.

Maigre lot de consolation pour le chef de l’Etat: Nicolas Sarkozy, son prédécesseur, n’a pas fait mieux. Durant ses trois premières années de mandat, le nombre des demandeurs d’emplois en catégorie A avait progressé de plus de 25%.

bfmtv 
Sur un an, ce nombre a augmenté de 5,1 %. Les chômeurs en activité réduite (catégories B et C), quant à eux, ont vu leur nombre grimper de 1,9 % pour les catégories B et 1,4 % pour la catégorie C, s’établissant à 1 808 600 de personnes. Au total, le nombre de chômeurs en catégories A, B et C s’élève à 5,34 millions en France métropolitaine fin avril, en hausse de 1 % (+ 54 100 personnes) par rapport à la fin mars et de 7,1 % sur un an. Les jeunes et les seniors sont particulièrement touchés. Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A de moins de 25 ans a grimpé de 0,8 %, tandis que celui des 50 ans ou plus a augmenté de 0,9 %. Ce sont les femmes de plus de 50 ans qui paient le plus lourd tribut (+ 1 %).

Le ministre du Travail, François Rebsamen, a annoncé lundi « 100 000 contrats aidés supplémentaires » en 2015 pour faire face à la hausse continue du chômage. La politique de l’emploi « sera intensifiée d’abord avec un renfort de 100 000 contrats aidés supplémentaires » et « 60 000 demandeurs d’emploi supplémentaires en formation », annonce-t-il dans un communiqué. « La croissance économique enregistrée au premier trimestre (+ 0,6 %), dynamisée par la montée en charge du pacte de responsabilité et de solidarité, a été plus forte que la moyenne de la zone euro. Il faut toutefois un délai de plusieurs mois avant que la reprise de l’activité ne se traduise par des embauches« , fait valoir François Rebsamen. [...]

Le Point

Florian Philippot sur BFM-TV et RMC

Mercredi 27 mai 2015

Florian Philippot, Vice-président du Front National, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFM-TV et RMC.

12345...43