Archive pour avril 2016

Déchaînement de violences en France : où est l’Etat ?

Vendredi 29 avril 2016

Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-Président du front National

Le déchaînement de violences qui a frappé notre pays aujourd’hui, dans la foulée des manifestations contre la détestable loi El Khomri, confirme la nullité totale du gouvernement Valls-Cazeneuve, qui laisse prospérer sur le territoire national des bandes de casseurs d’extrême gauche ultra violents. On pense en particulier ce soir aux policiers et gendarmes blessés, parfois très grièvement.

La réaction du ministre de l’Intérieur est une nouvelle fois en dessous de tout. Il se contente de condamner quand les Français lui demandent d’agir avec la plus grande des sévérités.

Il faut identifier précisément l’ensemble des milices d’extrême gauche qui saccagent la France, les désarmer, les dissoudre et les traîner devant la Justice, qui devra se montrer implacable avec ces terroristes de l’intérieur.

Honte enfin à toutes ces organisations, d’une section CGT à l’UNEF, qui évoquent les « violences policières » alors que ce soir nos policiers sont les premières victimes du laxisme d’Etat.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Les Inconnus – La France de demain

Vendredi 29 avril 2016
Image de prévisualisation YouTube

TAFTA : où en sommes-nous ?

Jeudi 28 avril 2016
TAFTA : où en sommes-nous ? dans économie

Le gouvernement feint de pouvoir abandonner les négociations qu’il conduit pourtant dès le départ. Ce n’est là que pure stratégie électorale.

Le traité de libre-échange transatlantique, communément désigné par l’acronyme TAFTA (TransAtlantic Free Trade Agreement), est régulièrement évoqué dans les médias sans que l’on sache avec exactitude ce qu’il comporte. Dès le début des négociations, le Front national avait attiré l’attention sur la dangerosité inhérente à ce traité, que les États-Unis souhaitent ratifier au plus vite. Au-delà des mesures envisagées – qui, si elles sont ratifiées, bouleverseront radicalement notre droit commercial en matière internationale -, l’opacité des négociations trouble.

Pas moins de soixante élus se sont plaints du manque de transparence dans une tribune publiée par Le Monde : « Chacun sait que l’Union européenne négocie avec les États-Unis un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP), mais personne ne sait ce qu’il contient. » Une réflexion parfaitement légitime, alors que nous ne connaissons toujours pas le contenu du traité, en raison de clauses de confidentialité particulièrement contraignantes. La Commission européenne, associée à la Maison-Blanche, maintiendraient-elles le flou pour masquer ce qui s’apparente à un nouveau marché de dupes pour les peuples européens ? C’est fort possible.

Si le détail des négociations est entouré d’un halo de mystère, les grands traits de l’accord sont d’ores et déjà connus : réduire les barrières tarifaires en vigueur entre les États-Unis et l’Union européenne, lever les obstacles non tarifaires aux échanges commerciaux (notamment en organisant la convergence des normes), définir de nouvelles règles en matière de commerce et d’investissement en créant, par exemple, un tribunal arbitral chargé de juger les différends entre les deux marchés. Pour qui sait lire entre les lignes, le TAFTA prépare la vassalisation de l’Europe, sa soumission au marché américain.

Lire la suite sur Boulevard Voltaire…

Abdeslam ne s’est pas fait exploser : il est sifflé à son arrivée à la prison de Fleury-Mérogis

Jeudi 28 avril 2016

Salah Abdeslam a passé sa première nuit au centre pénitentiaire de Fleury-Mérogis. Alors que de nombreuses précautions de sécurité ont été prises le concernant, jeudi matin, c’est l’attitude d’autres prisonniers qui inquiète. Le terroriste présumé des attentats du 13 novembre a été sifflé par les autres détenus, a indiqué un syndicaliste à BFMTV.

Abdeslam ne s’est pas fait exploser : il est sifflé à son arrivée à la prison de Fleury-Mérogis dans france

Il s’agirait de détenus radicalisés qui reprocheraient à Salah Abdeslam de ne pas avoir été jusqu’au bout, de ne pas s’être fait exploser, le soir des attaques de Paris. Le terroriste présumé, arrivé mercredi en France, a été placé à l’isolement à Fleury-Mérogis, plus grand centre pénitentiaire d’Europe. Une mesure de sécurité à la fois pour éviter tout contact avec les autres détenus, mais aussi pour le protéger d’éventuelles représailles.

(…) BFM TV

Le Maire de Tarascon coupe la parole à son 3ème adjoint en plein Conseil municipal [vidéo]

Jeudi 28 avril 2016

[vidéo 0'24"] Mardi soir en plein Conseil municipal de Tarascon, le troisième adjoint M. Corréard apporte des informations complémentaires concernant une délibération.

Visiblement agacé par l’intervention de son collègue, le Maire Lucien Limousin (LR) n’hésite pas à l’interrompre publiquement en lui assénant un « ça suffit ! ».

Image de prévisualisation YouTube

26/04/2016 : Intervention de Marlène SABATINI (FN) au Conseil municipal de Tarascon

Jeudi 28 avril 2016
Image de prévisualisation YouTube

26/04/2016 : Intervention de Valérie LAUPIES (FN) au Conseil municipal de Tarascon

Jeudi 28 avril 2016
Image de prévisualisation YouTube

26/04/2016 : Intervention de Jean-Marc DESEUR (FN) au Conseil municipal de Tarascon

Jeudi 28 avril 2016
Image de prévisualisation YouTube

Sur BFM TV, Gilbert Collard prend Jean-Jacques Bourdin à son propre jeu et le piège (vidéo)

Jeudi 28 avril 2016
http://www.dailymotion.com/video/x47hia0

Les 4 vérités – Marine Le Pen – 2016/04/25

Mercredi 27 avril 2016
Image de prévisualisation YouTube

Marine Le Pen sur Radio Classique – Paris Première

Jeudi 21 avril 2016
Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Retour sur le « coup de tonnerre » du 21 avril 2002

Jeudi 21 avril 2016
http://www.dailymotion.com/video/x1q2465

Affrontements entre migrants à la station Stalingrad, à Paris

Samedi 16 avril 2016
Image de prévisualisation YouTube

Le Japon continue de limiter l’immigration : « Nous ne voulons pas nous retrouver dans la situation de la France »

Samedi 16 avril 2016

Le Japon continue de limiter l’immigration : « Nous ne voulons pas nous retrouver dans la situation de la France » dans immigration

Historique : le nombre de travailleurs étrangers au Japon franchira la barre du million d’individus cette année, a calculé le gouvernement. Depuis 2009 cette population a crû de 49%. Une poussée exponentielle, visible surtout dans le grand Tokyo, où est concentrée 30% de la main d’œuvre étrangère: il suffit de pousser les portes d’un konbini, une des épiceries de proximité qui quadrillent le pays, pour se retrouver devant des caissiers généralement chinois.

Serait-ce le signe d’une tolérance nouvelle du Japon à l’immigration ? Pas encore. A tous égards, l’Archipel demeure extraordinairement strict et circonspect sur la question. Le Premier ministre ne manque jamais une occasion de rappeler que la troisième économie du monde n’a pas de politique d’immigration, à la grande joie de l’opinion publique et des syndicats nippons, qui n’ont jamais été bercés par l’ »Internationale » quand on leur parlait d’ouvriers étrangers. Même si le nombre des étrangers augmente, il est au même niveau qu’en 2008, avant le terrible choc Lehman et la catastrophe de Fukushima, qui ont provoqué énormément de retours aux pays.

Les critères d’obtention de visas professionnels demeurent drastiques.

« Le problème d’accepter des étrangers est qu’ils risquent d’acquérir la nationalité japonaise. Nous ne voulons pas nous retrouver dans la situation de la France », déclare crûment Akira Morita, directeur général de l’institut national de la population IPSS avant d’opposer des arguments définitifs à une ouverture du pays  « le Japon n’est de toute façon pas attirant pour les travailleurs immigrés. Ils peuvent aller partout sur la planète, où ils seront mieux payés qu’au Japon. Et leur propre pays leur offrira bientôt le même salaire que le nôtre ». [...]

Challenges

Ré-information !!

Samedi 16 avril 2016

Ré information (La Provence 16/04/2016) :

Cette affaire traitée par la Chambre correctionnelle de Nîmes concerne des commerçants beaucairois et la ville de Beaucaire.

Le Front National n’est pas cité dans cette affaire.

Le titre choisi par la rédaction de « La Provence » induit en erreur le lecteur en transmettant une fausse information.

bea

123