Ultralibéralisme : Le tourisme français sinistré

Ultralibéralisme : Le tourisme français sinistré dans économie Bretagne-fev-2005-019-1024x768

Les Français prévoient des vacances à l’économie : ils seront 53% à partir, mais un budget plus serré que l’an dernier, près de la moitié ne payant pas pour le logement, selon une étude du cabinet Protourisme.

Seuls 55% des vacanciers envisagent en effet de s’offrir un hébergement payant cet été. Une tendance dont pâtissent voyagistes et hébergeurs, souligne l’enquête qui a été réalisée du 2 au 6 juin auprès de 2.050 Français représentatifs de la population, et du 16 au 20 juin auprès de 530 opérateurs touristiques.

De fait, au 15 juin, les réservations dans des hébergements marchands affichaient plus de 6% de recul par rapport à l’été dernier. Il y a un retard « dans toutes les régions et pour toutes les formules d’hébergement », même dans les campings, où moins de clients européens viennent, selon Protourisme.

Parmi les vacanciers qui ont réservé ou comptent réserver en hébergement payant, plus d’un tiers ont choisi une location, 27% le camping, 15% les clubs de vacances et résidences de tourisme, 12% l’hôtellerie et 10% les autres formes d’hébergement (circuits, itinérances, auberges de jeunesse, croisières…). Ils partiront en moyenne 13 jours.

Les réservations des Français vers l’étranger sont également en baisse, de 5% par rapport à l’été 2011. Et crise oblige, la venue en France de clientèles européennes en hébergement marchand diminue aussi (-8% de réservations), selon Protourisme. Un recul « trop peu compensé » par la hausse des clientèles lointaines à forts revenus, qui visitent surtout Paris et la Côte d’Azur.

Enfin, l’étude révèle que le budget moyen des vacances baisse de 2% à 1.290 euros pour une famille de quatre personnes.

Laisser un commentaire