Archive pour mars 2012

Histoire d’un désastre

Samedi 31 mars 2012

France 2 « Chronique dune violence ordinaire » – La Commanderie extrait

Image de prévisualisation YouTube

Le fascisme de gauche vous connaissez ?

Samedi 31 mars 2012
Image de prévisualisation YouTube

Reportage – Marine Le Pen en déplacement à Nice 31 Mars 2012

Samedi 31 mars 2012

Reportage - Marine Le Pen en déplacement à Nice 31 Mars 2012  dans france Marine-Le-Pen-NiceMarine Le Pen, candidate pour la défense de la France et de tous les Français à l’élection présidentielle de 2012, était dans la matinée sur le marché de Nice à la rencontre des riverains.

Elle a pu dialoguer et échanger avec les Niçois et commerçants venus en nombre la veille lors de son meeting à l’Acropolis.

Marine Le Pen démontre qu’elle est constamment sur le terrain aux côtés des Français, devant les usines, avec ses militants, sympathisants et adhérents contrairement à ses adversaires mondialistes, obligés de battre le pavé à quelques semaines du premier tour.

Image de prévisualisation YouTube

Marine Le Pen et les Français entonnent « La Marseillaise » à Nice !

Samedi 31 mars 2012

Partager et revivez des minutes d’émotions lors de l’hymne national, « La Marseillaise », à la fin du meeting de Marine Le Pen, « seule candidate de la nation » et de l’« exception française » à Nice Acropolis. Il y avait plus de 3.000 personnes qui étaient dans la salle pour écouter et ovationner Marine Le Pen. Jean-Marie Le Pen, Président d’Honneur du Front National, était présent et a rejoint la candidate du peuple français sur la scène, en introduisant « La Marseillaise » par les mots suivant : « Chers amis, Chers camarades, nous sommes un peuple, vous avez un chef ! »

Image de prévisualisation YouTube

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen

Samedi 31 mars 2012

Comme chaque semaine, le Président d’Honneur du FN répond aux questions de Marie d’Herbais sur le site internet du Front National.

Image de prévisualisation YouTube

Elysée 2012 – Meeting de Marine Le Pen à Nice (Vidéo)

Samedi 31 mars 2012
Image de prévisualisation YouTube

Sarkozy et la grande finance

Samedi 31 mars 2012
Image de prévisualisation YouTube

Valérie Laupies conseiller à l’école de Marine Le Pen

Vendredi 30 mars 2012

extraits de l’émission « On en parle » de TV sud

Valérie LAUPIES – Conseiller à l’école  de Marine Le Pen (présidentielles 2012)

Conseillère régional PACA – groupe FN

Professeur des écoles, directrice d’école, Ancienne enseignante à l’hôpital à Lyon, directrice d’école classée ZEP, enseignante de CM2 dans les Bouches-du-Rhône.

Image de prévisualisation YouTube

Voir l’intégralité cliquez sur suite :

(suite…)

Elysée 2012 – Marine Le Pen dans France Soir : « Moi, au second tour ? C’est tout à fait crédible ! »

Vendredi 30 mars 2012

Dans un entretien accordé au quotidien France soir, Marine Le Pen, candidate pour la défense de la France et de tous les français, déclare que sa qualification au second tour est tout à fait possible. Elle répond à une quarantaine de questions avec une précision et une franchise naturelle, tout le contraire de la langue de bois électoraliste entretenue par les frères siamois et de ses ramifications de l’UMPS.

F.-S. A quelles conditions pourriez-vous faire partie d’un gouvernement d’union des droites ?

Marine Le Pen :  A condition que la droite tourne définitivement le dos à l’ultra-libéralisme et au hold-up extraordinaire que les marchés financiers effectuent sur le peuple Français depuis 40 ans. Ça veut dire un retour sur la loi de 1973 qui a accordé un monopole aux marchés financiers. Et c’est ce qui fait, j’insiste, qu’en 40 ans on a versé 1.400 milliards d’euros d’intérêts aux marchés financiers alors que notre dette est de 1.700 milliards d’euros. Voilà le plus grand hold-up même pas du siècle : du millénaire. Un hold-up réalisé avec la complicité de la droite et de la gauche.

Lire l’intégralité de l’interview

Elysée 2012 – Marine Le Pen dans France Soir : « Moi, au second tour ? C’est tout à fait crédible ! » dans économie marinelepen151cliquez sur la photo pour visionner la vidéo de l’interview

Elysée 2012 – Marine Le Pen clash Xavier Beulin de la FNSEA

Jeudi 29 mars 2012

Ce jour à Montpellier lors du 66e Congrès de la FNSEA, Marine Le Pen, candidate pour la défense de la France et de tous les Français à l’élection présidentielle de 2012, a répondu sans détour à Xavier Beulin président du syndicat. Elle s’est parfaitement démarquée des discours euro-mondialistes de Sarkozy et Hollande :

« Monsieur Beulin, quand vous invitez des candidats à l’élection présidentielle ne leur servez pas cette prose de mauvais lobbyiste : vous êtes favorable aux OGM, vous espérez augmenter vos marges en les imposants aux Français, c’est votre droit mais le mieux c’est de faire comme je le fais moi-même et d’oser le dire franchement ! »

Image de prévisualisation YouTube

Elysée 2012 – Contrairement à l’austérité de Sarkozy/Hollande, Marine Le Pen défend un plan de vigueur axé sur la croissance et l’emploi

Jeudi 29 mars 2012

Elysée 2012 – Contrairement à l’austérité de Sarkozy/Hollande, Marine Le Pen défend un plan de vigueur axé sur la croissance et l’emploi dans économie Marine-Le-Pen-2012-300x230Dans un entretien accordé au journal Ouest-France, Marine Le Pen, candidate pour la défense de la France et de tous les Français à l’élection présidentielle de 2012, s’exprime sur plusieurs sujets dont l’évolution du mouvement politique dont elle est devenue Présidente en janvier 2011, des nouveaux électeurs, du profil des nouveaux adhérents et militants, des personnalités qui ont rejoints le rassemblement bleu marine.

Entretien. Marine Le Pen défend son « plan de vigueur »

Le Front national a-t-il changé ?

Oui, il a changé, ne serait-ce que parce qu’il a triplé son nombre d’adhérents. Il a donc accueilli des gens qui n’ont pas le même profil. Nous avons vu arriver beaucoup d’adhérents en provenance de la gauche, nouvellement du Parti socialiste – un certain nombre étaient déjà venus du Parti communiste – d’anciens chevènementistes.

Qui ont quel profil, en dehors de la politique ?

Qui ont compris que la droite et la gauche menaient la même politique. Que la vraie fracture est entre les nationaux et les mondialistes. Entre ceux qui croient encore en la France et ceux qui la croient dépassée, trop petite…

Lire l’intégralité de l’interview

Signification du mot « Bobo ». Explications …

Jeudi 29 mars 2012
http://www.dailymotion.com/video/xpmahj http://www.dailymotion.com/video/xpmast

En chanson aussi :

http://www.dailymotion.com/video/x80mdu

Jacques Brel – Les bonbons (deuxième version / live 1967)

Mélenchon dernier atout de Sarkozy

Jeudi 29 mars 2012

 

Mélenchon dernier atout de Sarkozy dans france melenchon2par Gilles Varange, journaliste, pour Nations Presse Info

Il suffit de constater l’ardeur frénétique que mettent les médias à nous vanter la progression de Jean-Luc Mélenchon dans de récents sondages pour se convaincre que la prétendue « ascension » du personnage cache quelque obscure manœuvre politicienne. Comment croire que pareil hurluberlu, véritable concentré de toutes les tares et haines recuites de notre extrême-gauche hexagonale, puisse exercer la moindre séduction au-delà du cercle habituel des derniers nostalgiques du marxisme-léninisme de grand-père ? Spectacle navrant : avec ses poses, ses rictus et ses éructations de garde rouge, on croirait que l’homme a été congelé il y a un demi-siècle et qu’il vient tout juste de se réveiller. On ne lui a pas dit encore que Mao était mort et que l’Union soviétique n’existait plus. Mélenchon, c’est le Hibernatus de la gauche française. Un cas pathologique d’inadaptation aux réalités et aux nécessités des temps présents.

Il faut dire que notre Lénine de plateaux télévisés n’a jamais eu, pour sa part, à se plaindre de la République des camarades. Son marxisme à lui, ce fut dès l’âge estudiantin un marxisme de confort et de prébendes, version nomenklaturiste. Membre de l’aile ultra-gauchisante du bureau national de l’UNEF et de la très trotskyste OCI (Organisation communiste internationale, groupuscule « lambertiste » spécialisé dans le noyautage du PS), il devint très vite directeur de cabinet de Claude Germon, maire socialiste de Massy. Ce qui permit à ce bouillant « révolutionnaire » d’aller faire son nid dès 1986 sous les ors du Palais du Luxembourg. Une belle réussite. Sénateur à 35 ans : chapeau l’artiste ! La soupe était si bonne à la cantine du Sénat et la compagnie des vieux notables ventripotents si agréable, que Jean-Luc Mélenchon y aura passé la majeure partie de sa carrière (23 années !) et qu’il y serait sans doute resté enkysté jusqu’à la fin de ses jours si le démon de l’ambition ne l’avait saisi sur le tard, une fois la matérielle assurée.

La tête enflée par des succès si facilement obtenus, l’idée saugrenue lui vint en effet, lors du Congrès socialiste de Brest en 1997, de disputer le poste de premier secrétaire du parti à un certain…François Hollande. Las ! Ayant la possibilité de juger le personnage sur sa stature réelle, les congressistes lui infligèrent un terrible camouflet. Ecrasé avec un ridicule 8,81 % des voix face à son fort peu charismatique adversaire, le rancunier Mélenchon, dont nul n’ignore la méchanceté foncière, ne pardonna jamais cette humiliation à ses compères socialistes. On ne saurait pourtant dire que notre professionnel de la sinécure militante ait eu des raisons de se plaindre puisque son pote Lionel Jospin, ancien comme lui de l’OCI trotskiste, lui offrit un juteux lot de consolation en le nommant ministre de l’enseignement professionnel au sein de son gouvernement de cohabitation. Une nouvelle place au soleil qui l’aida à surmonter l’indignation qu’aurait dû lui inspirer la politique de bradage systématique des entreprises publiques, dont certains bijoux nationaux, mise en œuvre par l’équipe Jospin avec la caution de la Commission européenne de Bruxelles : privatisations de France-Télécom, d’Air France, d’Aérospatiale, de Thomson-CSF, de Thomson-multimédia ou encore du Crédit lyonnais, du CIC, du groupe d’assurance Gan ou de la Société marseillaise de crédit. Tout cela n’empêcha pas Jean-Luc Mélenchon de rester jusqu’au bout au sein d’un gouvernement capable de renier à ce point ses engagements électoraux. Chez ces gens-là, on sait se taire en cas de nécessité au risque d’avoir à se mépriser.

Lire la suite de cet article »

Présidentielle 2012 – Marine Le Pen est à 36 % !

Mercredi 28 mars 2012

 

Présidentielle 2012 – Marine Le Pen est à 36 % ! dans france mlp-sondage-6-maiUn sondage internet daté de mars auquel ont répondu 145.470 internautes, place Marine Le Pen, candidate à la présidentielle, à 36 % des intentions de vote au premier tour.

Cela change des instituts de sondage qui ne sondent eux que 800 à 900 personnes ! Plus de 145.000 votants est un indicateur bien plus fiable que ce que les boites de marketing et de communication qui font office d’institut de sondage peuvent donner à voir de la situation politique du moment !

Arrive en seconde position François Hollande avec 23 % des intentions de vote, suivi de Nicolas Sarkozy à 22 % et Mélenchon à 13 % !

Les différents sondages effectués depuis le début de l’année donne régulièrement Marine Le Pen soit en tête soit en seconde position et Sarkozy troisième.

A trois semaines du premier tour, ce que Marine Le Pen prévoit depuis des mois, soit un 21 avril à l’envers devient de plus en plus probable !

Source

Mohamed Merah était de nationalité française et… algérienne

Mercredi 28 mars 2012

Mohamed Merah était de nationalité française et… algérienne dans france alg%C3%A9rie-islamMohamed Merah (et sans doute aussi son frère Abdelkader) possédait la nationalité française, mais aussi algérienne. Une information que l’on ne retrouve pas dans la presse française… La presse algérienne serait-elle plus libre que nos médias nationaux ? On peut le supposer en lisant cet article paru sur Tout sur l’Algérie, site algérien d’informations.

Au départ, c’était une affaire franco‑française. L’affaire du tueur en série de Toulouse ne se polarisait pas sur les origines algériennes de Mohamed Merah, qui a revendiqué des liens avec Al‑Qaïda quelques heures avant sa mort. Hormis l’extrême‑droite, personne n’a osé établir un lien direct entre les origines algériennes du tueur et ses actes. Même la droite a exploité avec prudence l’évènement.
Mais depuis hier lundi, les choses ont évolué. Les déclarations de la famille Merah ont propulsé l’Algérie au cœur de l’affaire. Des proches du tueur ont déclaré vouloir l’enterrer en Algérie et son père, qui vit en Algérie, annonce son intention de porter plainte contre l’État français.

Il est difficile de comprendre pourquoi la famille Merah a décidé de médiatiser à ce point sa décision d’enterrer son fils sur le sol algérien. D’abord, l’enterrement d’un défunt est une affaire intime qui ne concerne que sa famille et ses proches. Ensuite, même s’il est né et a grandi en France, Mohamed Merah possède aussi la nationalité algérienne. Il a donc le droit d’être inhumé en Algérie. Ni le gouvernement français ni le gouvernement algérien n’ont laissé entendre qu’ils s’opposeraient à un tel choix.

Mais si la famille de Mohamed Merah a le droit d’enterrer son fils sur le sol algérien, elle n’a pas le droit de porter atteinte à l’image de l’Algérie et des Algériens. Comme l’a rappelé Alain Juppé ce matin, le tueur de Toulouse est un monstre. Il a tué des innocents de sang‑froid et filmé ses actes. Son père, qui menace aujourd’hui de porter plainte contre l’État français, est un mauvais exemple. Cet homme a abandonné sa famille en France. Il a donc une certaine responsabilité dans ce que sont devenus ses enfants.

Or, au lieu de se taire et de présenter des excuses aux familles des victimes et aux musulmans vivant en France, qui se trouvent stigmatisés par les actes de son fils, il menace l’État français de poursuites, alimentant ainsi une polémique qui ne peut que servir ceux qui stigmatisent les musulmans. Si la famille Merah cherchait à aider Nicolas Sarkozy sur le dos des Algériens et des musulmans vivant en France, elle ne s’y prendrait pas autrement. Le fils, en assassinant sept personnes, a relancé la campagne du candidat‑président tandis que la famille, avec ses déclarations, semble déterminée à le faire réélire.

123456