Archive pour août 2010

Eté 44 : 488 tonnes de bombes ont été larguées sur Beaucaire et Tarascon

Mardi 31 août 2010

1944 Pont Beaucaire Tarascon

Le Pont suspendu entre Beaucaire et Tarascon détruit lors des bombardement de l’été 44

REPÈRES
Dégâts et victimes civiles A Beaucaire, les bombardements de l’été 1944 n’auraient fait qu’une seule victime. « Mon père était agent municipal, dit Jean Roche. Lors d’une attaque aérienne, il y avait un clochard qui se trouvait en bordure du canal. Mon père lui avait dit d’aller aux abris, mais lui il ne voulait pas partir. Il a été tué, jeté par le souffle des bombes. »Même si les bombes visaient, au départ, les ponts, certaines ont été larguées ailleurs. 42 sont ainsi tombées dans la plaine, touchant plusieurs mas.
Mais, à Beaucaire, les dégâts les plus importants ont été recensés dans l’actuel quartier allant de la piscine à la voie ferroviaire, avec plusieurs constructions soufflées et surtout au Casino (devenu Chais beaucairois puis moncigale), victime d’un grand incendie.

La gare a été aussi touchée.
Côté Tarascon, tout un énorme quartier a été rasé, en bas du pont.
La collégiale Sainte-Marthe a été détruite et on dénombre cinq victimes dues à ces bombardements.
Pertes aériennes Sur toute la vallée du Rhône, il y a eu de nombreuses pertes aériennes (plusieurs dizaines) dues aux convois de chars allemands qui remontaient la vallée du Rhône.
Sur Tarascon, la défense antiaérienne allemande, la fameuse Flak, disposait de plusieurs emplacements.

Extrait de l’article paru dans le Midi Libre :

« En juin, juillet et août, 273 appareils américains sont passés dans le ciel de Beaucaire et de Tarascon, larguant 1 238 bombes. Soit 488 tonnes en dix épisodes.
Leur cible : les deux ponts qui traversaient le Rhône, entre Tarascon et Beaucaire, par lesquels s’effectuait une grande partie des trafics entre le Sud-Est et le Sud-Ouest. « Il y avait le pont ferroviaire, le seul à pouvoir supporter les chars de 40 tonnes allemands et le pont suspendu, un peu en amont de l’actuel pont de Beaucaire (canal) », expliquent Jean Roche et Claude Faure.

Eté 44 : 488 tonnes de bombes ont été larguées sur Beaucaire et Tarascon dans franceCe dernier, un ancien des Ciments français passionné d’aviation, est membre de l’association rhodanienne pour le souvenir aérien. Il a réalisé un travail remarquable à base de microfilms de l’US Air force, mais aussi d’archives locales. Ainsi, il a pu reconstituer les dix attaques aériennes, heure par heure, quantifiant le matériel, les pertes subies et les stratégies adoptées.
« Les gros bombardiers partaient d’Italie du Sud ; les petits partaient de Corse, explique Claude Faure. Les Américains étaient très organisés. Ils avaient un plan de vol et se regroupaient dans un axe d’attaque. » Au fil des pages de ses recueils, on peut découvrir la flotte aérienne, les moyens de défense allemands, ou revivre, en intégralité, les journées de bombardement.
Par exemple celle du 6 août, le plus long épisode de l’été, qui se base notamment sur des rapports américains et des témoignages de particuliers . « A 6 h 58 décollent de Décimomanu, Sardaigne, 31 B-26 (…) Beau temps. Route : Base, Cap Delia, Embouchure du petit Rhône. » (M. Delabot, pont ferroviaire) « 6 août-alerte à 9 h 30. 3 e bombardement de Tarascon. Une bombe tombe à droite de la montée de Vallabrègues, sur les dépendances du couvent de la Visitation, tuant trois vaches, un mulet, deux porcs et des lapins. Le pont suspendu est atteint côté Beaucaire (…) » (Monsieur Grandmaison). Il en va ainsi jusqu’à 19 h 10, heure à laquelle le signal d’alerte est levé. Le travail de Claude Faure nous conduit jusqu’au dernier bombardement, le 16 août, à 17 h 04. Les villes seront libérées quelques jours après, ouvrant une nouvelle page dans l’histoire locale, celle de la reconstruction. »

“Le vrai problème c’est l’immigration”

Mardi 31 août 2010

Image de prévisualisation YouTube

Extrait de l’émission “Les grandes gueules” sur RMC le 30/08/2010.

Source

Info / Le blog au ralenti !

Mardi 31 août 2010

Comme vous pouvez le constater le blog est peu fourni en ce moment, j’ai quelques problèmes avec mon matériel informatique, mais tout devrait rentrer dans l’ordre d’ici peu !

Université d’été du FNJ : ces jeunes qui viennent du PCF et du NPA

Lundi 30 août 2010

Image de prévisualisation YouTube

Nations Presse Info

Progression du chomage aux USA (2007-2010)

Mardi 24 août 2010

http://www.dailymotion.com/video/xeiw59

Source : Mecanopolis

Croissance économique française : des sourires et des discours pour masquer l’échec profond du gouvernement

Mardi 24 août 2010

Marine Le Pen 

Communiqué de Presse de Marine LE PEN, Vice-présidente exécutive du Front National :

L’autosatisfaction affichée sans retenue par le gouvernement et l’UMP à propos de la croissance économique française au deuxième trimestre n’a qu’un seul but : tromper les Français. En cela, elle est non seulement mal venue, mais véritablement indécente.

Il n’y a aucune raison en effet de se réjouir des 0,6% de croissance du PIB entre avril et juin derniers. Ce taux est nettement inférieur à la moyenne de la zone euro (1%), et le Royaume-Uni (1,1%) comme l’Allemagne (2,2%) affichent des performances bien meilleures.

Deux nouvelles viennent encore assombrir ce tableau : notre pays continue de détruire massivement des emplois industriels ; les rares créations concernent l’intérim et l’emploi précaire. Par ailleurs, les économistes annoncent un nouveau ralentissement de l’activité économique dans les mois qui viennent. Jusqu’où descendrons-nous ?…

Marine Le Pen demande au gouvernement de dire la vérité aux Français et de cesser de leur faire croire que la situation très difficile qu’ils vivent au quotidien s’améliore sous son action. Elle appelle à un changement de cap économique profond, seul à même d’assurer le redressement durable du pays et la lutte contre les délocalisations et le chômage. Il passe par la sortie de l’idéologie ultra-libérale et l’affirmation d’un Etat stratège puissant, l’établissement de protection aux frontières au bénéfice de nos emplois et de notre production nationale, et la récupération de notre liberté monétaire quand l’euro montre l’étendue de son échec.

La France doit cesser de se voir imposer ses choix économiques par une Europe-catastrophe. Comme savent le faire un nombre croissant de pays, dont l’Allemagne, elle doit enfin penser à ses intérêts nationaux et à son peuple, ce qui suppose une rupture avec les élites déconnectées qui la gouvernent aujourd’hui.

Expulsions de Roms : agitation et poudre aux yeux électoraliste ?

Mardi 24 août 2010

 1164.jpg

Communiqué de Presse du Front National (Par Bruno GOLLNISCH, Député Européen, Vice-président exécutif du Front National en charge des affaires internationales) :

Une majorité de français voit avec faveur le démantèlement des campements sauvages de Roms et l’expulsion du territoire d’un certain nombre d’entre eux. Mais ces grandes manœuvres sarkozystes sont essentiellement à visée électoraliste.

Car ces « expulsions » « volontaires » (sic) coûteuses ne servent à rien : les intéressés, de l’aveu des forces de police et de gendarmerie, ne se gênent pas pour revenir, le gouvernement français s’étant privé lui-même des moyens de les en empêcher.

Certains, éternels naïfs et futurs cocus, s’enthousiasment à nouveau, comme en 2007, de la posture en apparence « sécuritaire » de Nicolas Sarkozy, dont le bilan en matière de sécurité et d’immigration est pourtant catastrophique

Or c’est lui qui, en promouvant le traité de Lisbonne, a ouvert les frontières à tous les ressortissants venant d’Europe Centrale. Comme ne se prive pas de le dire l’association « Terre d’Asile », les millions de Roms originaires de Roumanie, Hongrie, Tchéquie, Slovaquie, Slovénie, ont, comme les autres citoyens de ces pays, acquis en vertu de ces traités le droit d’entrer en France sans visa et sans autorisation, tout comme les Belges, les Italiens. etc. Et ce que nous voyons n’est que le début de cette transhumance !

La conclusion est claire : rien n’est possible, sans renégociation des traités européens et sans restauration de notre souveraineté sur notre territoire. Tout le reste n’est que poudre aux yeux pour électeur de droite myope et amnésique.

Z comme Zemmour du 23 août 2010

Mardi 24 août 2010

http://www.dailymotion.com/video/xejb8n

L’envers du décor

Dimanche 22 août 2010

Nations Presse Info

2000 euros par mois pour vivre grâce au Conseil Général, ils vivaient à l’hôtel.
En 4 ans, 50 000 euros mis de côté.
1 semaine après ils sont de retour
!

Image de prévisualisation YouTube

un Rom à l’aéroport : “Vous voulez voir mon sac? Il y a 50.000 euros dedans !” “Je vais rester en France jusqu’à la mort”

Source Fdesouche

prsentation1u.jpg

L’article d’Adevarul.ro :

Le premier avion avec des citoyens roumains d’origine rom, venus de France, a atterri à l’aéroport de Bucarest Baneasa à 16 heures, au lieu de 17 heures comme cela a été annoncé. De l’avion de la compagnie low-cost Blue Air sont descendus 61 Roms – 25 hommes, 14 femmes et 22 enfants.

Mariana Şerban, venant d’Alba Iulia (au centre-ouest de la Roumanie), dit qu’elle a vécu à Grenoble un an et deux mois, avec ses quatre enfants (le plus grand, Alexandre, a 12 ans, et la plus petite, Roxana, a peine quatre mois) ; et que

la municipalité lui versait 500 euros par mois pour chaque enfant, et qu’elle vivait dans une chambre d’hôtel mise à disposition par la ville.

Tu vois ce sac? Nous avons 50.000 euros dedans, dit la mère à l’aéroport… Interrogé par des journalistes pour savoir si en France elle a travaillé, Mariana Serban a répondu surprise: «Nuuuu.” Enfant aîné, Alexandre, a déclaré aux journalistes, en français, qu’ils sont revenus deux jours en Roumanie “en vacances”. Une autre femme, Jujano Puti, venant de Targu Mures, a confirmé l’intention des Roms: «Nous revenons dans une semaine pour nous réinstaller nos tentes.”

A l’aéroport de Baneasa était présent aussi l’avocat Daniel Vasile, président du Parti des Roms. “ «Je crois que l’Etat roumain et les institutions françaises et européennes doivent veiller à ce que de telles situations ne se reproduisent plus. Ce sont des citoyens roumains, citoyens de l’UE, a qui ont été violés des droits fondamentaux. Il est difficile de supposer qu’ils ont accepté de revenir pour 300 euros. Est qu’ils n’ont pas subi une pression psychologique ? ” se demande Daniel Vasile.

Fusillade dans Tarascon (13) : Un blessé

Dimanche 22 août 2010

ecombes13150.jpg

Le Midi Libre :

« jeudi, un règlement de compte entre trois personnes a failli tourner très mal place Emile-Combes à Tarascon. Deux coups de fusil ont été tirés sur l’un des trois protagonistes, blessé à différents endroits du corps, sans gravité. Ses deux agresseurs ont fui. La police de Tarascon n’a pas encore tous les éléments pour faire la lumière sur l’origine de la dispute, qui aurait rapport à un cambriolage. »

Une Rom se plaint : « Maintenant on ne peut plus rien voler »

Lundi 16 août 2010

Nations Presse Info :

roms_1271141422Le quotidien roumain Romania libera  a consacré dans son édition du 13 août 2010 un article à la situation des romanichels résidants dans notre pays. Il contient cet étonnant entretien avec Elena B. « vivant et travaillant (?) à Rouen » qui se plaint que dans les enseignes de GMS ont engagées de nombreux vigiles ce qui fait que « Maintenant on ne peut plus rien voler« …

« Avant, on était dans une situation de liberté totale. Maintenant, quand on entre dans un magasin, si les employés se rendent compte qu’on est des Roms, on est suivi partout dans les rayons où l’on va, jusqu’à la sortie du magasin. On ne peut plus rien voler. »

« Dans un premier temps, les Roms volaient uniquement pour se nourrir et les Français ne disaient rien. Puis, certains ont exagéré et se sont mis à voler des objets qu’ils revendaient ensuite. Il ne volaient alors plus de la nourriture, mais des produits d’un prix élevé. Maintenant, dans les supermarchés on ne laisse même plus les Roms  déguster les produits en promotion. »

Ce qui précède est une traduction de ceci :

« Înaintea era o libertate totală. Acum, de cum intri şi ei te citesc ca eşti rom din România, te însoţesc pe la toate rafturile pe unde mergi, până ieşi din magazin. Nu mai poţi să furi nimic« .

« La început, romii de la noi furau cât să mănânce, iar francezii nu spuneau nimic. Apoi, unii au exagerat şi nu au mai furat ca să mănânce, ci ca să vândă. Şi nu au mai furat mâncare, ci lucruri scumpe. Acum, în supermarket romii nu mai au voie nici măcar să deguste produsele de la promoţie« 

Eric Woerth aurait sous-déclaré ses revenus pour un emprunt

Lundi 16 août 2010

 Nations Presse Info :

EricWoerthDécidément le ministre du Travail, Eric Woerth aura eu peu de répit pendant l’été. Un nouvel épisode vient gâcher les vacances du ministre, malmené depuis l’affaire Bettencourt dans laquelle il est soupçonné de conflit d’intérêt.

Selon le site Médiapart, Eric Woerth aurait déclaré ne gagner que 3 000 euros mensuels lors d’un emprunt effectué, en 2008, pour les besoins de sa campagne municipale.

Document à l’appui, Médiapart affirme que Woerth, alors ministre du Budget, a « certifié gagner seulement 3 000 euros par mois, et avoir comme revenu disponible à peine plus de 100 euros mensuels ». Et d’ajouter que le ministre, « obligé comme tout un chacun de transmettre l’état de sa situation financière à sa banque, n’aurait pas déclaré d’impôts sur le revenu ».

Médiapart s’interroge sur les conditions d’attribution de cet emprunt par la banque alors que le ministre recevait alors un salaire de près de 14 000 euros et environ 2 000 euros en tant que maire de Chantilly, dans l’Oise. Eric Woerth n’a pas, pour le moment, réagi à ces nouvelles révélations.

L’aïoli

Samedi 14 août 2010

 aioli.bmp

Un peu d’histoire : les origines de l’aïoli.

Frédéric Mistral, fondateur en 1876 du félibrige au château de Fonségugne à Chateauneuf de Gadagne, créa en 1869 en Avignon une revue qu’il nomma l’aïoli, grand défenseur de son terroir, il racontait de cette recette qu’elle concentre dans son essence la chaleur, la force, l’allégresse du soleil de Provence.

La recette de l’aïoli

L’aïoli, n’est pas seulement une sauce, mais aussi un repas complet, maigre et bouilli, un repas du vendredi comme on dit chez nous.  

Ingrédients pour quatre personnes

Accompagnement :

  • 3 ou 4 beaux filets de morue salée.

  • 1 ou 2 pommes de terre en robe des champs par personne.

  • 500g de carottes entières, épluchées.

  • 1 ou 2 petits choux fleurs.

  • 500g de courgettes dans leur peau.

  • 2 betteraves rouges.

  • 2 poireaux.

  • 500g de haricots verts.

  • 500g de coeurs d’artichauts.

  • 4 Oeufs.

Avec des escargots (en option) :

  • 2 douzaines d’escargots.

  • 1 branche de thym.

  • Du laurier et du fenouil.

  • Un bout d’écorce d’orange.

Sauce :

  • 10 gousses d’ail.

  • 50 cl d’huile d’olive de provence.

  • 1 jaune d’oeuf.

  • 1 pomme de terre.

  • Sel et poivre.

Préparation

En cuisine, commençons par préparer la morue : la faire tremper une journée entière, en changeant l’eau au moins 5 fois. Au terme de ce dessalage, la pocher dans une marmite d’eau frémissante pendant 20 bonnes minutes, attention à ne surtout pas la faire bouillir, ça la rendrait élastique et caoutchouteuse.

Si vous avez choisi l’option escargots, nettoyez les puis faites les cuire dans une marmite remplie d’eau en veillant à ce que le niveau de l’eau dépasse de 10 à 15 cm celui des escargots, ajouter le thym, le laurier, le fenouil, un bout d’écorce d’orange, quelques grains de poivre et deux cuillères à soupe de gros sel. Faites les bouillir pendant 45 minutes (à petite ébullition) puis réserver.

La préparation des légumes est très simple, ils doivent être cuits séparément à la vapeur. Pour les betteraves, faites les cuire avec leur peau puis épluchez les une fois refroidies.

N’oubliez pas les oeufs durs (un par personne) que l’on servira écaillés.

Maintenant occupons nous de la sauce, dans un grand mortier en bois ou en marbre et avec un pilon en bois de préférence, écrasez les gousses d’ail crues pour les réduire en pâte lisse.

Un fois l’ail prêt, nous nous attaquons à la partie la plus délicate de la recette : on va monter l’aïoli en une sauce proche de la mayonnaise, en troquant le pilon en bois contre un fouet.

Voici comment procéder :ajoutez une pomme de terre cuite, mais froide, une pincée de sel et un jaune d’oeuf dans le mortier.

Versez peu à peu 50 cl d’huile d’olive en filet sans jamais cesser de tourner vigoureusement toujours dans le même sens.

Faites en sorte d’obtenir une sauce bien liée, un peu comme une mayonnaise, peut-être même un peu plus ferme. Si vous n’arrivez pas à faire monter la sauce, pas de panique tout n’est pas perdu, mettez un jaune d’oeuf dans un autre plat, fouettez le puis versez-y la sauce exactement comme vous le faisiez précédemment avec l’huile.

Source

Sébastien en a ras-le-bol

Vendredi 13 août 2010

http://www.dailymotion.com/video/xefj6y

Les soutiens à René Galinier se multiplient

Vendredi 13 août 2010

http://www.dailymotion.com/video/xeezae

123